AccueilÉDITO

Dix ans plus tard, Chris "Leave Britney Alone" Crocker va mieux

Publié le

par Benjamin Benoit

Dix ans après être devenu une star du net, Chris Crocker revient sur la fameuse vidéo et son rapport aux réseaux sociaux.

C’était le 10 septembre 2007. L’un des premiers mèmes fondateurs de notre Internet moderne : un jeune homme, visiblement éploré, fait part de son chagrin sur "l’affaire Britney Spears". Rideaux jaunes, coiffure du même acabit, le jeune homme se met à nu et acquiert une célébrité instantanée. Britney Spears, de son côté, traversait une période très difficile, et tous ses agissements étaient en permanence relayés par les médias américains - où traîne toujours un petit culte de l’humiliation. Désintoxication, soucis familiaux, rasage de cheveux… même la série South Park, toujours très rapide, lui avait immédiatement consacré l’un de ses épisodes.

"Leave Britney Alone !" s’était exclamé Chris Crocker, dénonçant l’acharnement médiatique qui lui était alors consacré, en accusant notamment l’infamant blogueur people Perez Hilton. Depuis, Chris Crocker a multiplié les expériences, et a même sorti une demi-douzaine d’albums au succès resté confidentiel.

"Laissez les rageux rager"

Cela fait dix ans que ce jeune homme est devenu une icône mondiale. Pour marquer le coup, il a donné de ses nouvelles et a fait à nouveau une vidéo. Il est méconnaissable. "J’ai, depuis, appris mal de choses sur cette vidéo… en tant qu’adolescent", explique-t-il. "Ne laissez pas ce qu’on dit de vous sur Internet vous atteindre […], ne les laissez pas définir ce que vous êtes, soyez précautionneux avec ce que vous postez en ligne… et laissez les rageux rager !"

Il s’est fendu d’un long message sur Instagram, qu’il a relayé sur son compte Twitter.

"Il y a dix ans, je défendais ma popstar favorite, acculée par les médias. Je sais jouer la comédie, mais j'étais parfaitement sérieux dans cette vidéo. Cette année, ma mère luttait contre ses addictions et est devenue SDF après avoir être revenue d'Irak. Ces difficultés personnelles m'ont rendu particulièrement sensible au sujet des femmes rencontrant de grosses difficultés. Internet et YouTube étaient différents et moins LBGT-friendly. On ne m'a jamais écouté dans cette vidéo. On a moqué mon côté féminin. Je me suis tapé toutes les insultes homophobes possible. Des présentateurs se sont demandés si j'étais une fille ou un garçon. [...] Au lieu de parler des origines de ces émotions, j'ai livré une version exagérée de ce que j'étais. L'essentiel, c'était de lever la voix pour quelqu'un d'autre qui se fait blesser par autrui. [...] Si j'ai reçu un 'tabassage' médiatique pour ce que j'ai fait et pour une cause juste, je suis heureux de l'avoir fait. Et j'adore toujours Britney Spears !"

De sages paroles. On attend maintenant des nouvelles de Tay Zonday.

À voir aussi sur konbini :