Le premier album de Diplo vieillit comme du bon vin

Pour célèbrer les dix ans de son premier album Florida, le producteur américain dévoile un track encore jamais entendu, "As I Lay Dying" et annonce la sortie d'une édition limitée du disque qui a lancé sa carrière. 

Diplo renoue avec l'époque avec le milieu des années 2000 en sortant une version inédite de son première album, Florida - Crédit Image Big Dada

Diplo renoue avec l'époque avec le milieu des années 2000 en sortant une version inédite de son première album, Florida - Crédit Image Big Dada

En 2004, Thomas Wesley Pentz aka. Diplo ne possède pas encore l'épaisseur qui lui permet aujourd'hui de postuler pour le titre de producteurs comptant parmi les plus influents de la pop musique.

Publicité

En fait, à l'époque Diplo n'est pas grand chose. Après avoir quitté l'université de Florida sans diplôme – comme il l'explique lors d'une interview pour The Fader – le jeune homme se pointe à Philadelphie des espoirs pleins les poches. Entre cours à Temple University (une faculté locale) et glande, le succès des soirées Hollertronix qu'il organise avec DJ Low Budget lui permet de glaner pour la première fois les fruits murs du succès. En convertissant son goût éclectique en patte, Diplo devient alors un DJ respecté en Pennsylvanie. Et son aura ne s'arrête désormais plus aux frontière de Keystone State.

Son ascension se poursuit  : il sort une série de compilations Hollertronix dont une – Never Catch paru en 2003 – s'est attirée les faveurs de la critique et ce, jusqu'au New York Times. Diplo s'attèle alors à la production de son premier album Florida, entre son "son petit appartement à Philadelphie et la maison de sa mère en Floride", explique t-il au magazine Rolling Stone.

Sorti sur Big Dada, composante "hip-hop" du label britannique Ninja Tune, l'album "représente les 23 premières années" de son auteur. Une période où entre galères et jobs mal payés, Diplo ne rêvait que de faire de la musique novatrice. "Produire cet album m'a ouvert à un nouveau monde" poursuit-il. On appelle ça une rupture biographique. 

Publicité

Il faut savourer le Diplo d'antan

Et même si l'on aime que modérément celui qu'il est devenu, il faut dire que Florida est un disque exigeant et impressionnant. Baignant dans la baile funk (un style de musique qu'il a autopsié dans le documentaire Favela On Blast, sorti en 2008), l'ambient, la dubstep et le ragga, il transpire la jeunesse conquérante et la spontanéité.

Dans la discographie de Diplo, il n'a pas son pareil. Du choix minutieux des featurings (Marina Topley-Bird, Vybz Cartel et P.E.A.C.E, membre du groupe de hip-hop indé Freestyle Fellowship), au mysticisme qui en émane.

Pour les dix ans de ce disque important, le producteur a décidé, comme le note Rolling Stone, de ressortir une édition spéciale de son classique enrichi de cinq titres inédits et assortie d'un EP, Epistemology Suite, paru quant à lui en 2003 sous le nom de Diplodocus. On a la chance aujourd'hui d'en écouter un bout, le titre "As I Lay Dying" sorte de démo pour la chanson "Into The Sun" (feat Marina Topley-Bird)

Publicité

Et dix ans après, ça se déguste toujours aussi bien.

Par Tomas Statius, publié le 08/10/2014

Copié

Pour vous :