Delorean : le groupe qui valait 1.200.000€.

Delorean victime d'un "kidnapping virtuel" au Mexique

En tournée au Mexique, le groupe Delorean a été victime d'un kidnapping virtuel, soit une tentative d'extorsion de fonds de leurs proches. Ils seraient aujourd'hui en sécurité.

Delorean

Delorean : le groupe qui valait 1.200.000€.

Vous avez des amis qui sont partis en tournée avec leur groupe ? Demandez-leur de vous raconter une anecdote de tournée ou deux, chaque groupe a forcément quelque chose à raconter des détours de la white line fever. Souvent, les rencontres font la différence : fans étranges, managers véreux, groupies collantes... ou kidnappeurs-escrocs. Oui oui.

Publicité

Alors que son nouvel album Apar vient tout juste de sortir et qu'il est en tournée au Mexique, le groupe d'indie pop espagnol Delorean a été victime de ce que les autorités nomment un "kidnapping virtuel". L'évènement s'est produit ce dimanche 6 octobre à Mexico City. Selon le quotidien ibère El Pais, les ravisseurs, déguisés en policiers, ont expliqué au quartet qu'ils n'étaient pas en sécurité dans leur hotel et qu'il devaient se déplacer.

Arrivés dans un nouvel hôtel, le groupe s'est vu confisquer ses téléphones portables et les malfaiteurs ont appelé les familles des Delorean afin d'exiger une rançon de 5 millions de pesos (300.000€) pour libérer chacun d'entre eux.

Faux kidnapping, vraie escroquerie

La police (la vraie, cette fois) a confirmé dans la nuit que le groupe était "en bonne santé et en sécurité", même si leur position est aujourd'hui inconnue. El Pais explique que Delorean a été en fait victime d'une technique bien connue nommée le "kidnapping virtuel". Cette escroquerie consiste à faire croire aux proches qu'une personne est en danger et d'exiger une rançon.

Publicité

Alors qu'en fait non, ce n'est pas tout à fait le cas puisque les auteurs du crime ne séquestrent pas vraiment leurs victimes. L'expert en sécurité publique Samuel González a déclaré au journal :

Il s'agit d'une forme d'extorsion : [les malfaiteurs] appellent les victimes et leur expliquent que s'ils ne se terrent pas dans leur hôtel, par exemple, ils leur feront du mal. Ils les obligent à éteindre leurs téléphones portables, puis ils appellent leurs familles, expliquant qu'ils ont été enlevés. C'est une astuce, mais ça marche.

On attend désormais avec impatience un communiqué de la part de Delorean pour entendre exactement leur version de ce qui s'est passé.

Publicité

On vous conseille également :

Par Théo Chapuis, publié le 09/10/2013

Copié

Pour vous :