AccueilÉDITO

Infographie : James Bond, séducteur alcoolique et meurtrier

Publié le

par Thibault Prévost

Une infographie réalisée par The Economist révèle la propension des différents James Bond à tuer, boire du vodka-martini (au shaker) et séduire.

Ah, Mr. Bond, c'est bon de vous revoir. Alors que le 24ème chapitre des aventures de l'agent secret britannique le plus connu du cinéma, Spectre, est en train d'envahir les salles de la planète, The Economist s'est amusé à quantifier l'évolution selon les trois aspects les plus représentatifs de l'icône en smoking. Les Aston Martin ? Que nenni. Les gadgets ? Toujours pas. Non, seuls trois barèmes permettent de quantifier le personnage à la hauteur de sa réputation : les martini-vodka avalés, les femmes séduites et les ennemis occis.

Décrit par son boss, M, comme "un dinosaure sexiste et misogyne, une relique de la Guerre froide", James Bond (et surtout ses itérations pré-Daniel Craig) supporte de moins en moins bien le passage des années et l'évolution des mentalités qui l'accompagne.

On pourrait donc croire que les James Bond préhistoriques, de Sean Connery à Roger Moore en passant par les deux intérimaires Dalton et Lazenby, seraient les plus représentatifs d'une époque à papa où la virilité se mesurait au sillage de boutanches, de cadavres et de femmes éplorées laissées après son passage. Raté. Les chiffres sont formels : le plus violent, le plus séducteur et le plus alcoolique des double zéro sept s'appelle Pierce Brosnan, qui officia au mitan du XXIème siècle et croisa la route – la liste n'est pas exhaustive – de Halle Berry, Sophie Marceau et Denise Richards.

On remarque néanmoins que, si l'inénarrable Irlandais à la dentition immaculée détient le record toutes catégories confondues, il le doit surtout à sa faculté de buter tout ce qui bouge. Au zinc, c'est Daniel Craig qui régale les martini-vodka -au shaker ou à la cuillère, lui s'en fout. Côté femmes, c'est ce Casanova de George Lazenby qui rafle le titre honorifique de womanizer de la saga. Reste à savoir si Daniel Craig, pour sa dernière aventure, parviendra à dépasser ses illustres prédécesseurs. Qu'on se rassure, Hubert Bonnisseur de la Bath reste au-dessus du lot.

Article publié le 28 octobre et mis à jour le 30 octobre 2015.

À voir aussi sur konbini :