AccueilÉDITO

L'écrivaine Chimamanda Ngozi Adichie rend hommage à Michelle Obama dans une très belle lettre

Publié le

par Cyrielle Bedu

UNITED STATES – JULY 25: First Lady Michelle Obama arrives to address the crowd at the Wells Fargo Center in Philadelphia, Pa., on the first day of the Democratic National Convention, July 25, 2016. (Photo By Tom Williams/CQ Roll Call)

Alors que Michelle Obama s'apprête à quitter la Maison-Blanche, le New York Times publie une lettre de remerciement adressée à Michelle Obama par la romancière nigériane.

Chimamanda Ngozi Adichie. (© Chris Boland/Flickr)

À la veille de la fin de la présidence de Barack Obama, le quotidien américain le New York Times remet en avant une lettre publiée dans ses pages en octobre dernier, juste avant l'élection de Donald Trump à la tête des États-Unis. Intitulé To the First Lady, With Love ("Pour la première dame, avec tout mon amour"), l'article est constitué de quatre lettres, écrites par plusieurs personnalités. La première est celle de la romancière nigériane Chimamanda Ngozi Adichie, notamment auteure d'AmericanahMichelle Obama vit ses derniers instants à la Maison-Blanche, et dans son texte, Chimamanda Ngozi Adichie se remémore avec émotion les premiers moments que la première First Lady noire des États-Unis a passé sous le feu des projecteurs.

"C'était lors de la convention démocrate de 2008. Mon anxiété augmentait et tourbillonnait, alors que je l'observais, espérant qu'elle soit aussi proche de la perfection que possible, pas pour moi, car j'étais déjà convaincue, mais pour toute la frange de l'Amérique qui aurait préféré qu'elle trébuche. Elle s'est révélée au public, pleine de bon sens et d'un humour mordant, bien dans sa peau. Elle avait l'air d'une femme qui savait gérer un compte en banque, qui savait reconnaître une bonne affaire quand elle en voyait une, et qui pouvait gronder une personne ayant besoin d'être grondée."

© U.S. Embassy New Delhi/Flickr

Chimamanda Ngozi Adichie continue en évoquant les moments difficiles qu'a pu vivre Michelle Obama dans le cadre de ses fonctions.

"Elle devait se tempérer pour mieux entrer dans le moule de la première dame. Au cabinet d'avocats où ils se sont rencontrés avant de tomber amoureux, elle avait été le mentor de son mari ; ils avait l'air d'être vraiment amis, partenaires, égaux dans un mariage moderne du nouveau siècle américain. Pourtant, les électeurs et les observateurs, des pans entiers de l'Amérique voulaient qu'elle se conforme et qu'elle remette cela à plus tard, qu'elle nettoie sa langue de son esprit et de son piquant [...]".

"Elle a embrassé des vétérans et des familles de militaires, et elle est devenue leur porte-parole. Elle a ouvert les portes de la Maison-Blanche aux personnes en marge de l'Amérique. Elle était issue de la classe ouvrière, mais elle avait étudié à Princeton, alors elle pouvait parler des opportunités comme quelque chose de réel. Son programme "Reach Higher" ["Vise plus haut"] poussait les lycéens à aller toujours plus loin, à en vouloir plus. Elle a fait de la corde à sauter avec des enfants sur la pelouse de la Maison-Blanche dans le cadre de son initiative pour lutter contre l'obésité infantile. Elle a cultivé un potager [à la Maison-Blanche, ndlr] pour faire campagne en faveur d'une nourriture saine dans les écoles [...]."

La veille de son dernier jour en tant que première dame, Michelle Obama a tweeté ceci :

Traduction : "Être votre première dame a été le plus grand honneur de ma vie. Du fond du cœur, merci."

La lettre de Chimamanda Ngozi Adichie est à lire dans son intégralité sur le site du New York Times.

À voir ->  Vidéo : le discours ému de Michelle Obama avant de quitter la Maison-Blanche

À voir aussi sur konbini :