Un court métrage percutant sur la mort et le deuil à l'ère du numérique

Le court métrage In Memory traite de manière percutante la mort et le deuil à l'ère du numérique.

Depuis la création de Facebook il y a huit ans, le nombre de profils appartenant à des personnes décédées a atteint le chiffre de 30 millions. On prédit que d'ici 2065, le nombre de morts y dépassera celui des vivants. Mais à quoi cela ressemble-t-il de vivre le décès d'un être cher via Internet ?

In Memory est un court métrage percutant qui traite d'une famille qui jongle avec la perte de Tom Plainwhite, à la fois fils, frère et ami. De nombreux messages de condoléances et des hommages ont été partagés sur Facebook. Le film soulève des questions en s'attaquant à un sujet sensible souvent noyé dans les profondeurs que sont l'information et la communication numériques.

Publicité

Le film, réalisé par 72U, un collectif créatif qui explore les frontières entre l'art, la technologie et la culture, contient des interviews poignantes de la famille, des amis et d'Amyra Braha, une conseillère spécialisée dans le deuil à l'ère numérique.

Des mémoriaux en ligne

Fermer un compte ou désactiver une boîte mail sans code d'accès peut s'avérer être une opération délicate pour les proches. Pour pallier au vide juridique qui entourait la mort sur Internet et qui donne parfois lieu à des débordements, Facebook a voulu mettre un peu d'ordre. Le réseau social vient d'annoncer la création d'une nouvelle option qui permettra d'avoir son compte effacé définitivement après sa mort. Sinon, une deuxième option est possible : désigner un "legacy contact", un proche qui sera chargé de gérer votre héritage virtuel à votre place.

Publicité

Concrètement, la personne désignée pourra changer les photos de profil et de couverture de la personne décédée. Le contact pourra aussi publier un message sur la page du défunt, transformée en "page de mémoire", ou encore accéder aux demandes d'amitié. Elle n'aura toutefois aucun accès à ses anciens messages privés et ne pourra pas modifier les publications déjà postées.

En juillet dernier, Yahoo avait annoncé la création d'Ending, un service qui permet d'organiser son enterrement numérique et physique. Beaucoup d'entreprises commencent à vendre des "coffres-forts numériques" pour protéger son héritage sur le net. Deux français viennent également de créer un mémorial gratuit en ligne mais nul doute que le marché de la mort numérique s'avère très prometteur.

Par Lydia Morrish, publié le 08/04/2015

Copié

Pour vous :