ClekClekBoom paie sa tournée !

9 EPs, 32 BoomCasts, des soirées un peu partout entre Paris et Londres et une compilation en cours : en un an, le label parisien ClekClekBoom en a convaincu plus d’un. L’occasion pour nous de revenir sur son histoire et de passer une soirée aux côtés de ses artistes.

ClekClekBoom paie sa tournée

Avant de devenir un label, ClekClekBoom était un site créé en 2007 par deux potes j’ai nommé Jonathan Chaoul (Ministre X) et Adrien Creuse (The Boo), dans le but de diffuser la musique de Sandrinho. « Le nom vient d’une track que j’ai faite avec un groupe de hip-hop brésilien, Z’Àfrica Brasil et dans lequel le refrain disait "Clekclekboom" », explique Ministre X.

Publicité

Au fil des rencontres, ClekClekBoom se restructure et en 2012, il devient le label que l’on connaît aujourd’hui. Un véritable changement de statut qu’il a fallu apprendre à gérer :

Faire de la musique et manager une structure sont deux choses complètement différentes, souligne Ministre X. On fait tous de la musique, mais il a fallu apprendre à sortir un morceau, le diffuser, le présenter au public... et dans ce domaine-là, on n’était pas des professionnels !

Publicité

La bass, lien fort de la musique Clekclek

Mais à force de travail acharné, ClekClekBoom est désormais une réelle plaque tournante pour la bass music à Paris. « Ce qui nous lie vraiment, c’est la bass, cette vibration dans les bas que l’on ressent dans les clubs et pas en écoutant de la musique chez soi, explique Karve, la moitié de The Town, duo du label. Le son ClekClekBoom c’est ça : ce côté bass music avec des influences techno, house, ghetto, Baltimore... C’est un grand melting pot de toute cela. »

Voici donc le lien sacré qui unit The Town, Ministre X, The Boo, French Fries, Jean Nipon, Chaos in the CBD, Coni, Manaré, et Bambounou. Amen.

Ministre X, French Fries, Coni Kazey et Karve © Abadi-D

Publicité

Autre aspect de ce label, son côté transgénérationnel, puisque vingt ans d’écart séparent certains des artistes. « Il y a un panel de gens âgés de 20 à 40 ans, ce qui permet de nous enrichir les uns les autres, confie Ministre X. Les plus vieux échangent beaucoup, mais même les mecs de 20 ans ont déjà beaucoup d’expérience, comme Manaré ou French Fries qui ont commencé très tôt. »

Des interactions au quotidien qui leur permettent d’avancer rapidement donc, tout en gardant leur individualité, comme l’explique Coni : « On fait chacun notre musique de notre coté, puis on la fait écouter aux autres. C’est toujours plaisant d’avoir l’avis de ses amis, et l’ambiance est toujours bonne et détendue en studio. » Cette entre-aide et cette atmosphère amicales, voilà ce qui a permis au label de monter très haut, très vite. Mais pas seulement.

Un label plurimédia

La famille ClekClek a aussi un paquet de copains talentueux avec lesquels elle collabore sur ses BoomCasts : toutes les deux semaines, un artiste du label et un guest (Para One, Brodinski, Joakim, Lunice…) proposent chacun un mix live de 45 minutes pour 1h30 de podcast présenté par Adrien « Boo », enregistré dans les studios de ClekClekBoom à Paris. Selon Karve, « ça permet de glisser des remixes, nos prochaines releases... Et on a un vrai public qui nous suit via SoundCloud. On a d’ailleurs fait un concentré de tous ces Boomcasts qu’on peut retrouver sur le site ClekClekBoom. »

Publicité

La ClekClek TV, qu’on retrouve également sur leur site, propose des épisodes de vie du label, illustrés par la bonne humeur des artistes, le tout monté sur fond sonore ClekClek, évidemment. On distingue trois rubriques sobrement baptisées La Nuit, Le Jour et… Le Poulet. Si les deux premières sont plutôt éloquentes, la dernière est en fait une recette de cuisine présentée par French Fries et Bambounou dans une ambiance japoni-déjantée.

Pour célébrer son premier printemps en tant que label,  ClekClekBoom sort la compil' Paris Club Music. « On cherchait un moyen de définir ce son parisien et notre son à nous, explique Manaré. On connaît tous les termes "Chicago House", "Techno Detroit", "UK Garage", mais il n’y avait rien pour Paris et on n’avait pas envie d’être la "French Touch 3.0", 2.0, 2.5… "Paris Club Music" était ressorti de manière un peu humoristique au détour de conversations, et c’est finalement le nom qu’on a choisi pour cette compilation. »

Une dizaine de tracks déjà sorties et des morceaux exclusifs de chacun des artistes du label pour une sortie double vinyle et double CD, également disponible en digital.

Pour donner un avant-goût de son contenu, ClekClek a entamé une tournée internationale le 22 février dernier à Bruxelles, qui s’est poursuivie à Londres puis à Paris [NDLR : où nous avons frénétiquement secoué nos hanches jusqu’au petit matin]. Prochaine étape : le 29 mars à Toulouse, et plein d’autres dates en perspective. Stay tuned.

ClekClekBoom à la Machine du Moulin Rouge le 2 mars

Bonus : Manaré - Riddle (extrait de Paris Club Music)

Texte : Clémence Menesguen et Naomi Clément
Crédits photos : Margot Botwin

Par Konbini Staff, publié le 21/03/2013

Copié

Pour vous :