Cinéma : les salaires des stars bientôt encadrés en France

Le CNC a décidé d'encadrer les salaires des acteurs dans les films français en coupant les subventions s'ils estiment leur cachet trop élevé.

Dany Boon dans "La Doublure"

Dany Boon dans "La Doublure"

Au même titre que les joueurs de foot, les acteurs font partie de ces métiers dont certains salaires mirobolants frisent parfois le ridicule. Il y a maintenant deux ans, le producteur et distributeur Vincent Maraval (fondateur de Wild Bunch) avait ouvert un débat resté jusqu'alors plutôt confidentiel en publiant, dans le journal Le Monde, une tribune au titre évocateur : "Les acteurs français sont trop payés !".

Publicité

Dans son article qui avait vite pris une proportion polémique, il soulignait le fait que certains acteurs touchent parfois des salaires beaucoup trop élevés (comme par exemple Dany Boon, qui a perçu entre 6 et 10 millions d'euros pour Hypercondriaque) par rapport aux productions dans lesquelles ils apparaissent, et que cela est permis par les diverses subventions qu'un film peut obtenir grâce au système de production français.

Eviter "un coût artistique disproportionné"

Mais les cachets de plusieurs millions d'euros touchés par quelques unes des stars de cinéma françaises en toute impunité, c'est bientôt fini. Le Centre national du cinema et de l'image animée (CNC) a décidé d'encadrer les salaires des acteurs pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Kad Mara a touché xxx en 2014.

Kad Merad a touché 1,8 millions d'euros en 2014.

Publicité

En effet, en fin de semaine dernière, à l'occasion de son conseil d'administration, le CNC a décidé de prendre une mesure choc pour éviter qu'un film ne prenne un "coût artistique disproportionné" : si la rémunération proposée à une célébrité (que ce soit un comédien, un scénariste ou un réalisateur) dépasse un certain pourcentage du coup global du film, la production ne pourra pas bénéficier du compte de soutien du Centre national du cinéma ni des aides sélectives, rapporte Les Echos.

990 000 euros de salaire maximal

Le niveau de rémunération s'effectuera donc à présent par paliers. Ainsi, pour un budget inférieur à 4 millions d'euros, la rémunération maximale est fixée à 15% du coût de production, à 8% pour un budget entre 4 et 7 millions, 5% entre 7 et 10 millions. Ensuite, pour tous les budgets supérieurs, le salaire maximal ne pourra pas excéder la somme de 990 000 euros en fixe.

Cette nouvelle régulation n'empêche pas les producteurs de verser des salaires très élevés s'ils le souhaitent, mais "si c’est le cas, le producteur devra aller chercher des financements ailleurs". Ainsi, certaines dérives budgétaires auxquelles on a pu assister ces dernières années, mises en exergue il y a deux ans dans la tribune de Vincent Maraval et il y a un an dans le rapport René Bonnell, pourront être évitées. En effet, le rapport révélait qu'entre 2011 et 2012, les salaires des célébrités étaient passés de 49 à 63 millions d'euros.

Publicité

Par Constance Bloch, publié le 04/12/2014

Copié

Pour vous :