Chronique : Nick Cave & The Bad Seeds pour Push The Sky Away

Chronique du nouvel album de Nick Cave & The Bad Seeds, Push the sky away, sorti le 18 février.

nick cave

Pour son 15ème album avec son groupe mythique, Nick Cave semble faire les choses en grand : deux formats CD, deux formats vinyles et une box collector contenant des notes de l’auteur sortiront pour l’occasion. Jamais les fans de l’Australien n’avaient été à pareille fête ! Et sur la Toile, deux vidéos sont venues illustrer la couleur d’un nouvel album surprenant.

Publicité

Push the sky away est donc un disque apaisé, aéré, l’exact opposé des déferlements soniques de Grinderman, groupe dans lequel une version épurée des Bad Seeds laisse libre cours à ses démons.

Depuis The Boatman’s Call en 1997, jamais le groupe n’avait baissé les armes à ce point, laissant entrer la lumière dans une musique qui n’a jamais paru aussi hantée. Pas de guitares stridentes, pas de piano comme à l’accoutumée, mais des claviers diffus, des cordes et le violon malmené de Warren Ellis, devenu le double indispensable du grand Nick depuis quelques années.

Publicité

De ces années à expérimenter ensemble, les deux hommes ont su retirer les bénéfices de leur travail en commun pour le cinéma (The Proposition, L’Assassinat de Jesse James, La Route) dans ce nouvel album atmosphérique, concis et construit pour s‘installer durablement. Paradoxalement, le groupe progresse désormais sur les terres orchestrales des Tindersticks, qui commencèrent quant à eux leur carrière dans l’ombre des Bad Seeds….

Après plus de 30 ans de carrière, revenu 20 fois de l’enfer, portant haut l’héritage rock de Presley et celui du blues des pionniers du Delta, prêchant tel un Johnny Cash punk , Nick Cave et ses mauvaises graines se sont imposés comme la plus belle machine rock encore en activité. Push the sky away, est le témoignage lumineux d’un artiste au sommet de son art.

Article écrit par Fabrice Bonnet.

Publicité

Par Konbini Staff, publié le 19/02/2013

Copié

Pour vous :