Chronique d'album : Daughter pour If You Leave

Chronique du nouvel album de Daughter, If You Leave, sorti le 18 mars.

daughter

Il y a des moments où l’écoute d’une chanson inconnue vous plonge dans des abîmes d’une insondable tristesse, puis vous porte pour le reste des jours, alors qu’on l’écoute sans relâche. Landfill fait partie de ces moments de grâce, où le temps se suspend indéfiniment autour de la platine.

Publicité

Publicité

Gravée alors sur un premier EP parfait (His Young Heart, 2011), cette chanson des Londoniens de Daughter allait mettre le feu aux poudres, ranimer nos convictions sur la pop dépressive qu’on aimait depuis les Cure et nous lancer sur la piste d’un des groupes les plus prometteurs de la capitale anglaise.

En 2012, un 2e E.P (The Wild Youth) est venu confirmer le talent de ce duo, devenu trio, pour les mélodies tire-larmes et les ambiances glacées, magnifiquement réchauffées par la voix incroyable d’Elena Tonra, à ranger à côté des Bat For Lashes ou Soap & Skin, ces autres brillantes descendantes du spleen de Liz Frazier ou Sinead O’Connor. Récemment signés sur le mythique label 4AD (Cocteau Twins, Dead Can Dance, Pixies…), le groupe a pris le temps de peaufiner son premier album, laissant de côté les chansons des premiers maxis pour de nouvelles compositions toujours aussi élégantes !

Publicité

Daughter pour avoir le nez dans les étoiles

Alliant la part sombre des fantômes du label, sans le côté éthéré, à un son beaucoup plus ample et moderne, les dernières chansons se rapprochent plus des productions de The xx ou de Sigur Ros (présence ici du producteur Ken Thomas), laissant souvent l’auditeur le nez dans les étoiles.

Du récent single Smother à l’envoûtant Lifeforms en passant par le rescapé Youth, chacune des dix chansons touche sa cible, grand huit incessant entre déluges soniques et accalmies bienvenues. Entre les gouttes, la voix d’Elena sera sans doute le refuge le plus bouleversant pour les longues soirées pluvieuses. Aperçu sur scène lors d’une courte prestation au Festival des Inrocks, le trio, alors inconnu, avait su capter l’attention avec ses ambiances crépusculaires et une étonnante maîtrise de ses jeunes morceaux.

Publicité

Conquis, il aura fallu patienter encore quelques mois avant que Daughter ne lâche enfin son premier album et s’impose dans la short-list des groupes à suivre cette année. Déjà parmi les tous meilleurs disques de ce début 2013, on est prêt à parier que ce If You Leave saura se bonifier avec le temps, livrer au fil des écoutes tous ses secrets enfouis, apaiser les brûlures et s’imposer comme un fidèle compagnon. A l’instar des premières sorties de ce label mythique qui a construit une bonne partie de notre panthéon pop.

On vous conseille également :

Article écrit par Fabrice Bonnet. 

Par Konbini Staff, publié le 15/03/2013

Copié

Pour vous :