Cartoon : comment David Bowie, Brian Eno et Tony Visconti ont écrit "Warzsawa"

Deux cartoonistes britanniques ont recréé la mythique séance d'enregistrement de la chanson "Warzsawa" entre David Bowie, Brian Eno et Tony Visconti.

En 1976, Los Angeles a fini par avoir la peau de Ziggy Stardust. Interviews provoc' où il compare Mick Jagger à Hitler ("la première rock star"), consommation de cocaïne surdimensionnée, mégalomanie galopante et confusion d'identité entre les différents personnages qu'il a incarnés lors de sa carrière... Bowie n'a plus le choix : il faut flinguer le Thin White Duke et ressusciter David Bowie.

Il s'échappe alors de "la capitale de la cocaïne" et s'envole en compagnie d'Iggy Pop – qui lui aussi a bien besoin d'une petite cure loin de ses addictions – vers la vieille Europe, et plus particulièrement en France. Là, il retrouve les murs du Château d'Hérouville, dans le Val d'Oise, où il avait déjà enregistré son disque Pin Ups en 1973.

Publicité

Bowie s'entoure de Brian Eno, échappé de Roxy Music, et du producteur-star Tony Visconti pour l'épauler dans son processus créatif. Inspirés par le krautrock allemand florissant (Can, Neu!, Kraftwerk...) les trois hommes composent l'un des albums signés Bowie les plus admirés de toute sa carrière, et le tout premier de ce qu'on nommera la trilogie berlinoise.

Cartoon potache et rock d'avant-garde

Près de 40 années plus tard, Low est encore un disque brillant et, telle la terrifiante quasi-instrumentale "Warszawa", témoigne d'une réelle prise de risque. Ce véritable choix d'avant-garde est d'ailleurs incompris par certains rock critics qui étrillent Low à sa sortie, probablement agacés par le rock arty et l'attitude arrogante du chanteur aux yeux vairons.

Intrigués par "Warszawa", titre glauque et rampant, ainsi que par la période de rédemption que Bowie traversait, deux Britanniques, les frères McLeod (dont voici le site), ont publié sur YouTube un cartoon minimaliste mais efficace qui prétend raconter l'enregistrement de ce morceau étrange.

Publicité

Les caricatures de ces trois personnages sont trop évidentes pour y échapper. Aussi, Brian Eno est vu en extra-terrestre musical, David Bowie en cocaïnomane dépressif doué de génie malgré lui... et Tony Visconti joue de ses petits coudes pour se faire un peu de place entre les deux géants. En fait, si cette vidéo est si drôle, c'est aussi parce qu'elle contient sa part de vérité. Reste à savoir celle dont l'histoire du rock se souviendra.

-> À lire également : L'expo David Bowie inaugurera la Philharmonie de Paris

Publicité

Publié le 17 septembre 2014 à 11h47. 

Par Théo Chapuis, publié le 17/09/2014

Copié

Pour vous :