Capture d’écran YouTube du clip « Bring The Noize »

"Bring The Noize" : le nouveau clip fou de M.I.A.

Dévoilé le 18 juin dernier, "Bring The Noize" est le second titre extrait de Matangi, le quatrième album de M.I.A. Aujourd'hui, la belle nous dévoile le clip de cette violente track. Focus sur un clip criblé de messages.

Capture d'écran YouTube du clip "Bring The Noize"

C'est un clip un peu ouf que nous présente aujourd'hui M.I.A. Pour son morceau "Bring The Noize", produit par Switch et Surkin (d'où le sample du morceau "Marble Anthem" de Marble Players), la chanteuse anglaise originaire du Sri Lanka nous a en effet concocté une vidéo où s'entremêlent tout en même temps voitures de course, mecs en turban, vaches et chevelure rose. Le tout dans un dresscode blanc.

Publicité

Un clip complètement barré dans lequel on semble tout de même apercevoir, entre les chorégraphies épileptiques et les tenues blanches, une référence au génial clip de "Bad Girls",  réalisé en 2012 par Romain Gavras, et dans lequel M.I.A. faisait joujou avec des voitures.

M.I.A. - "Bring The Noize"

CALL ME MATANGI

Mais M.I.A. ne fait pas de la musique pour parler de la pluie et du beau temps. Depuis le début de sa carrière, son message est politique, humaniste et elle a tenu à ce que ce Matangi, son nouvel album, s'inscrive dans la continuité de cette lutte. On ne peut donc pas écouter M.I.A. sans saisir ses intentions. On ne peut pas regarder ce clip sans comprendre que l'alarme des premières images est un cri de ralliement qui annonce le début d'un combat. On ne peut pas capter son message si l'on ne sait pas que MATANGI est surtout le prénom de naissance de M.I.A. Mais également celui d'une déesse sacrée que la chanteuse a découverte par hasard et qui l'a obsédée pendant toute la création de son album.

Publicité

MATANGI est en effet désignée comme "la grande puissance cosmique des émotions violentes et des arts". Elle accompagne le sort des marginaux et des opprimés. Mais surtout, elle nourrit l'inspiration des musiciens-combattants. Un statut que défend M.I.A. MATANGI est aussi caractérisée par ses tenues et portraits très colorés : la couleur combattive qui surgit dans l'obscurité pour remuer la foule. Elle apparaît très souvent avec une arme dans une main et un instrument dans l'autre. M.I.A. partage aussi cette tendance colorée et conçoit la musique comme une arme. La couleur et le son qui agitent la noirceur des lieux glauques : le leitmotiv de ce clip.

La déesse Matangi

Autre chose. Contrairement aux autres divinités, MATANGI ne se nourrit pas d'offrandes précieuses mais du reste de la nourriture des hommes. Plus près des bas-fonds que des cieux, elle côtoie les lieux glauques de l'humanité pour éveiller les âmes perdues à la Liberté. Liberté. Un mot qui s'étale sur toute l'œuvre musicale de la chanteuse.

Publicité

La découverte tardive et complètement par hasard de l'existence de cette déesse qui portait le même nom qu'elle a bouleversé M.I.A. Elle a interprété ce hasard comme un signe et a bâti son nouvel album sous l'inspiration de MATANGI. Ce clip est en fait l'incarnation de tout ça. Ce n'est donc pas sans raison que M.I.A. apparaît au début du clip vêtue d'une tenue traditionnelle indienne. Ce n'est donc pas sans raison que la chanteuse en appelle à la Liberté dans une atmosphère sombre et violente. Ce clip est comme MATANGI : un appel à la lutte libératrice. BRING THE NOIZE. Littéralement.

Notez que Matangi, le quatrième album de M.I.A., sera disponible à l'automne prochain. En attendant, pour patienter d'ici là, vous pouvez toujours vous procurer le single de "Bring The Noize" sur iTunes.

Publicité

Rédactrices de cet article : Afifia B. et Naomi Clément

On vous conseille également :

Par Naomi Clément, publié le 25/06/2013

Copié

Pour vous :