Booba se la joue Drive dans son nouveau clip

Le rappeur du 9.2i vient de sortir le clip de "OKLM", son nouveau single. Un court métrage dans lequel "Kopp Gosling" rejoue des scènes de Drive. Rien que ça.

Booba is the new Ryan Gosling. Si si, vraiment ! Après s'être ouvertement inspiré du film Avatar de James Cameron pour le clip du morceau "Une vie", le Français revient avec une nouvelle vidéo qui ressemble fortement, limite comme deux goutes d'eau, ou presque, à Drive. 

Le résultat : un mini-film d'action où ça tire, ça braque et ça roule en grosse caisse, avec un B2O dans la peau de Ryan Gosling. Chris Macari à la réalisation, comme toujours.

Publicité

"Attention, la vidéo comporte des scènes de violences, susceptibles de heurter la sensibilité des plus jeunes". L'univers sanglant de "OKLM", ou plutôt de Drive, est annoncé d'entrée. Suivent ensuite les inscriptions Chris Macari et Kopp Gosling, en rose foncé, comme dans le film, jusqu'au style typographique.

Dès la première scène, Booba se retrouve dans la peau d'un mécano, dans son garage auto, tout taché de cambouis. Il lâche un sourire à une charmante dame venue accompagnée de son enfant. Cette scène ne vous rappelle rien ? Et si on enlève la casquette Ünkut du crâne de Booba, toujours pas ?

Publicité

Dès la première scène du clip, Booba se la joue Gosling

Dès la première scène du clip, Booba se la joue Gosling (Capture d'écran YouTube)

La même scène, version Drive

La même scène, version Drive (Capture d'écran YouTube)

On avance un peu dans la vidéo. Les paroles fidèles au rappeur, du style : "Je ne fais ni dans la fantaisie ni dans la quenelle", ou encore : "J'suis la branche Al-Qaïda du game, je les fais sauter eux-mêmes", s'enchaînent.

Publicité

On retrouve alors d'autres scènes tirées de Drive. Comme celle du braquage.

Portière ouverte, bimbo qui arrive avec le sac plein de billets, tout y est

Portière ouverte, bimbo qui arrive avec le sac plein de billets, tout y est (Capture d'écran YouTube)

La scène du braquage, dans Drive

La scène du braquage, dans Drive (Capture d'écran YouTube)

Publicité

Mais dans cette version, pas de course poursuite après le braquo. Dommage ! Allez, un dernier parallèle entre le clip et le film, avec la scène la plus sanglante. Celle du motel. Coups de fusil à pompe, matelas jeté sur la porte, meurtre à coup de barre de fer... Tout y est.

Et la chambre est une copie presque parfaite de celle de Drive. Remarquez même la quasi similitude entre les draps, imprimés de fleurs roses et vertes.

Comme dans le film, le téléphone vibre, Booba Gosling s'affole, vous connaissez la suite...

Comme dans le film, le téléphone vibre, Booba Gosling s'affole, vous connaissez la suite... (Capture d'écran YouTube)

Et bizarrement Ryan Gosling copie Booba au point de jouer la même scène que lui

Et bizarrement Ryan Gosling copie Booba au point de jouer la même scène que lui (Capture d'écran YouTube)

Mais bon, dans la version OKLM, Booba est tellement "au calme" qu'il a tenu à préserver la presque propreté de son visage. Alors que Ryan Gosling, lui, n'a peur de rien.

Booba, prêt à tirer sur le mec qui défonce la porte de l'hôtel

Booba, prêt à tirer sur le mec qui défonce la porte de l'hôtel

Ryan Gosling, prêt à tirer aussi, avec un peu plus de sang sur le visage

Ryan Gosling, prêt à tirer aussi, avec un peu plus de sang sur le visage

"Je reste incompris ma carrière est incroyable". Booba sait tout faire, même du cinéma. Et pour cette adaptation de Drive, on ne va pas se mentir, c'est du propre. Chris Macari est doué pour reprendre à sa sauce les plans de Nicolas Winding Refn.

Drive, quant à lui, devient une référence, jusque dans le monde du rap. Joke s'était inspiré de sa typographie pour son album Tokyo. Booba, avec "OKLM", réinterprète carrèment le scénario. Ryan Gosling, avec son image de mec dur et froid, se transforme ici en modèle (violent et solitaire) pour les rappeurs.

Par Rachid Majdoub, publié le 26/05/2014

Pour vous :