Bobby Shmurda : de Vine à Fallon, itinéraire d'un phénomène rap

Cette semaine, Bobby Shmurda fera ses grands débuts à la télé américaine dans le saint du saint de l'entertainment : The Tonight Show feat. Jimmy Fallon. Retour sur l'ascension express d'un mec qui n'a pas perdu son temps. 

Bobby Smurda shooté par le photographe Justin Hogan - (Crédit Image)

Bobby Smurda shooté par le photographe Justin Hogan (Crédit Image)

Inconnu au bataillon en février dernier, propulsé grand fédérateur du rap game à l'approche de l'été, l'itinéraire de Bobby Shmurda est inédit. En cinq mois, le jeune rappeur originaire de Brooklyn a converti la viralité de son image en signature sur maison disque à "vitesse grand V". La faute à une petite danse, à l'habileté d'un mec rompu au numérique et à l'utilisation des réseaux sociaux. 

Publicité

Du tube "Hot Niggaà Epic Records, en passant par la popularité grandissante de sa Shmoney Dance, voici l'itinéraire de Bobby Shmurda, enfant du rap et de l'internet, descendu sur Terre pour mieux asseoir sa domination sur le rap.

Ackquille from the Block

Né en Floride en 1994, c'est dans le quartier de Flatbush que le jeune Bobby Shmurda fait ses armes.

À 10 ans, le jeune homme, qui se décrit comme une "tête dure" (son arrestation en août dernier pour port d'armes, et son interpellation hier le prouvent) lors d'une interview accordée au site Village Voice, traîne ses baskets et son accent jamaïcain dans les coins de rue malfamés de Brooklyn. Là, il deale du crack et mène pendant de longues années la thug life. Parce qu'il devait survivre – entre absence du père (incarcéré) et galère de la mère – mais aussi parce qu'il chérissait l'indépendance que lui octroyait le cash flow.

Publicité

Alors que son quotidien est fait de rixes et de poudre, Bobby Shmurda – Ackquille Pollard de son vrai nom – se met au rap. Planté sur son block, il rêve de Tupac, Lil Wayne, ou Jay, des modèles musicaux. Ou de 50 Cent qui partage avec lui une vie de hustler. En 2004, il signe sa première chanson : un remix du titre "Knuck if You Buck" des floridiens de Crime Mob, introuvable, ou peut-être noyé dans les tréfonds de l'internet. Des références tout à l'image de sa musique.

Car s'il honore New York à chacun de ses clips, son cœur semble pencher au sud. Voir à l'ouest. 

De "Hot Nigga" à la Shmoney Dance : l'ascension de Bobby Shmurda

Sa notoriété, Bobby Shmurda la doit d'abord à un unique titre et plus précisément à dix secondes d'une vidéo. 

Publicité

Dévoilée le 28 mars dernier, "Hot Nigga" a fait exploser le web (plus de 50 millions de vues sur les deux "uploads" de la vidéo, ici et ) avant de croquer les charts. Raisons invoquées : la qualité de l'instru (on la doit à Jahill Beats, fine gâchette à qui a signé nombre des succès de Meek Mill), les rimes rudes du rappeur, ou ses pas de danse (aux alentours de 2'20).

La "Shmoney Dance", comme il la surnommera, est en fait le déclic. Grâce à elle, Bobby Shmurda se fait connaître. S'en suit un emballement numérique qui achève de faire valoir son talent. 

Publicité

Comme le note Uproxx, dans un article publié le 18 juillet dernier, c'est mi-juin que la machine Shmurda s'est mise en route. Après que le clip a été publié sur un blog new-yorkais, la Shmoney Dance apparaît sur Vine.

Partagée abondamment par anonymes et célébrités (Kevin Durant, Brandon Jennings), les millions de vues sur la boucle finissent par attirer l'œil des médias sur ce jeune rappeur dont on ne sait finalement pas grand chose. Une semaine après sa publication sur le réseau social vidéo, Complex y va de son papier d'introduction, présentant Bobby Shmurda comme le "rappeur le plus talentueux de ces 10 dernières années". Pitchfork suit : "Hot Nigga" est couronnée "meilleure nouvelle chanson" par le journaliste hip-hop Ian Cohen.

Et ce n'est que le début.

Primus inter Rap : de la viralité à la reconnaissance

Mais s'il peut se targuer aujourd'hui d'être l'un des MCs à l'ascension la plus fulgurante, Shmurda peut aussi dire merci à la "grande famille du rap". Flairant son potentiel tout comme les avantages qu'ils pouvaient retirer de son adoubement, de nombreux artistes hip-hop entreprirent un rapprochement : en se fendant de quelques pas de danse ou en exprimant publiquement leur soutien.

Quatre d'entre eux ont été déterminants alors que sa signature était imminente. Avec eux, Shmurda achève sa transformation de mème internet à rappeur en devenir.

Meek Mill d'abord – qui l'a convié à l'un de ses shows à Miami (le 4 juillet) – Beyoncé ensuite (le 11) qui s'est approprié la Shmoney Dance lors de l'étape New Jersey du On The Run Tour , DJ Mustard et Raekwon enfin (le premier lui a proposé un beat, le second l'a invité sur scène au Brooklyn Hip Hop Festival, tous deux le 12) ont achevé de convertir la "fame" de Bobby Shmurda en véritable légitimité artistique.

Bobby Shmurda et son buddy Rowdy Rebbbel - (Crédit Image)

Bobby Shmurda et son buddy Rowdy Rebbbel - (Crédit Image)

Le 17 juillet vient couronner cette ascension : Bobby Shmurda signe un deal de 2,8 millions de dollars (selon les rumeurs) avec Epic Records. Un coup d'éclat suivi de la sortie d'une mixtape avec ses acolytes de GS9 (son groupe) en août dernier, de l'enregistrement d'un remix de "Hot Nigga" en septembre (on retrouve au casting Fabolous, Jadakiss, Chris Brown et Busta Rhymes), sans oublier une "reggae versionsortie un mois auparavant, et de sa présence aux côtés de Rihanna, French Montana, et j'en passe, un peu partout sur la toile.

Le rappeur devrait enfin faire ses débuts à la télévision américaine vendredi sur le plateau de Jimmy Fallon. Avant qu'un album – prévu pour 2015 – ne vienne conclure cet itinéraire.

Par Tomas Statius, publié le 09/10/2014

Copié

Pour vous :