Bob Dylan attaqué pour incitation à la haine raciale

À peine décoré de la prestigieuse Légion d'honneur de la République française, Bob Dylan fait aussitôt parler de lui en France. Dans une interview donnée au magazine Rolling Stone, l'auteur de "Tambourine Man" a tenu des propos qui ont choqué la communauté croate en France. Le chanteur beatnik a dressé un parallèle entre le Ku Klux Klan, nazis, Serbes et Croates.

Interrogé à propos de sa vision des États-Unis, Bob Dylan déclare dans l'article du magazine : "Le problème, c'est que ce pays est trop obsédé par la couleur de la peau". Il estime que "les Noirs savent que certains Blancs n'auraient jamais abandonné l'esclavage, que si on les avait laissés faire, ils seraient encore sous leur joug". Il précise sa pensée : "ils ne peuvent pas faire semblant de l'ignorer". Et d'étayer par des exemples, pas au goût de tous :

Si vous avez du Ku Klux Klan dans le sang, les Noirs peuvent le sentir, même encore aujourd'hui. Tout comme les Juifs peuvent sentir le sang nazi et les Serbes le sang croate.

Publicité

La rock star septuagénaire s'est vu attaquer en justice par le Conseil re­pré­sen­ta­tif de la com­mu­nauté et des ins­ti­tu­tions croates de France (CRICCF). en cause, ce parallèle jugé nauséabond qui entasse dans la même phrase suprématie blanche, nazisme et conflit serbo-croate. L'institution communautaire estime que ces propos constituent une "incitation à la haine" et précise à Slate : "On ne compare pas les criminels croates, on compare tous les Croates". Malgré tout, le CRICCF précise n'avoir "rien contre Rolling Stone comme revue ou Bob Dylan comme chanteur". Aussi, elle attaque Bob Dylan et le directeur de la publication de l’édition française du magazine Rolling Stone.

Une plainte déposée il y a un an

Sauf que l'interview incriminée date de septembre 2012 et la plainte a été déposée au Tribunal de grande instance de Paris en décembre 2012. Soit il y a un an maintenant. Pourquoi la justice est-elle aussi lente en ce qui concerne un tel dépôt de plainte ? En fait, la plainte a été récemment "jugée valide sous la forme", même si pas encore "examinée sur le fond" selon Slate. Selon Guillaume Sauvage, avocat spécialisé en droit de la presse interrogé par le magazine en ligne, "l'instruction de ce genre de plainte prend 12 à 18 mois en moyenne, mais ce délai peut encore être rallongé quand elle concerne une partie étrangère".

Reste à savoir si Robert Zimmerman sera traduit devant le tribunal en personne. Pour rappel, le conflit serbo-croate s'est déroulé dans les années 90 et a provoqué l'éclatement de la Yougoslavie. Entre 1991 et 1995, on estime que 20.000 personnes sont mortes et que les événements ont fait 500.000 réfugiés.

Publicité

Par Théo Chapuis, publié le 02/12/2013

Copié

Pour vous :