Blitzr : "On a imaginé le portail ultime de la musique"

Avec 40 millions de titre à disposition gratuite, la plateforme Blitzr affiche davantage de chansons que les géants Deezer ou Spotify. Cette initiative made in France développée par trois Bordelais, par ailleurs gérants d'un label indé et membres du même groupe de metal, pourrait très bien être votre nouveau chouchou pour écouter de la musique en streaming.

Bertrand Sébenne, Pierre Anouilh et Yohan Sébenne, trois entrepreneurs qui sont plus Heineken et riffs de Slayer que cigares et musique d'opéra (Crédits image : Agence APPA/Gilles Arroyo)

Bertrand Sébenne, Pierre Anouilh et Yohan Sébenne, trois entrepreneurs qui sont plus Heineken et riffs de Slayer que cigares et musique d'opéra (Crédits image : Agence APPA/Gilles Arroyo)

Quelle est la plateforme musicale avec le catalogue le plus fourni ? Deezer ? En 2013, la plateforme annonçait 25 millions de titres. Spotify ? La compagnie suédoise, bête noire de Thom Yorke, évoquait cette année "plus de 20 millions" de morceaux. En fait vous ne le savez sans doute pas, mais c'est Blitzr, un petit nouveau du streaming musical, qui proposerait le plus grand nombre de chansons. Et ce sont trois musiciens metal basés à Bordeaux qui se cachent derrière.

Publicité

"L'idée est née en tournée", explique Pierre Anouilh, DG. Pas banal ? Pas vraiment : Pierre, 36 ans, ainsi que les frères Bertrand et Yohan Sébenne (co-fondateurs, respectivement PDG et DG, 34 et 36 ans) sont trois membres de Year Of No Light, un passionnant groupe de doom metal. D'emblée, il rassure : "On n'est pas obligé de jouer du black metal pour coder chez nous !"

Très vite, il explique la genèse du projet : "On discutait de notre frustration de l'offre digitale de la musique, l'absence de promesses tenues avec l'ouverture des API [ou Interfaces de programmation, ndlr]. On a alors imaginé une encyclopédie ouverte, un portail ultime de la musique. C'était l'idée un peu folle". Mais elle a bien fini par se réaliser.

40 millions de chansons

Aujourd'hui, alors que Blitzr vient de souffler sa première bougie, il compte déjà à son actif 4 millions d'artistes, 5 millions d'albums pour 40 millions de chansons. Soit la "plus grande base de données mondiale dédiée à la musique", comme le prétend auprès des Échos son directeur général Bertrand Sébenne. "On n'héberge aucun contenu", poursuit-il.

Publicité

"Nous ne faisons qu'utiliser des liens vers les plates-formes comme YouTube ou SoundCloud, qui hébergent les fichiers écoutables. Juridiquement, ce sont donc ces sites qui ont à négocier avec les ayants droit". Comme quoi on peut avoir de bonnes idées, même dans un van où macèrent entre deux concerts une demi-douzaine de chevelus nourris au jambon-beurre et à la bière bon marché.

Mais selon Pierre Anouilh, une bonne idée c'est bien, mais ça ne fait pas tout :

Il fallait la technologie ! C'est notre CEO [ou PDG, ndlr] Bertrand Sébenne qui, dans son salon, a développé pendant de longues nuits cet outil. Ensemble, on y est allé à tâtons, à la punk, pour exploiter ces ressources désordonnées.

Publicité

Malgré des chiffres impressionnants, le site est aujourd'hui loin d'être sur toutes les lèvres et ne draine que "quelques milliers d'utilisateurs par jour". En fait, Blitzr est encore en version beta et attend ses ultimes retouches pour une "V2" qui doit arriver "en 2015". "On a fait profil bas, niveau presse", explique Pierre. Pour l'instant. "Mais on a déjà une base assez régulière, avec une bonne progression en ce moment". Bon signe également : les fidèles de Blitzer sont des internautes français pour la plupart. Mais s'y connectent également des Anglo-saxons : "On a de bons échos aux États-Unis".

Avec une portée internationale affirmée dès à présent, le site Blitzr est intégralement en anglais et proclame "Welcome to your infinite jukebox" (Capture d'écran du site)

Avec une portée internationale affirmée dès à présent, le site Blitzr est intégralement en anglais et proclame "Welcome to your infinite jukebox" (Capture d'écran du site)

Mieux encore, Blitzr n'a pas encore lancé sa campagne de domination du monde qu'il est déjà lauréat du concours national d'aide à la création d'entreprise de technologies innovantes, un label créé par l'État pour récompenser l'innovation dans le secteur de l'entreprise. Pour les trois metalheads, c'est déjà un bon point : "ça donne de la crédibilité entrepreunariale, que vous ayez les cheveux longs ou pas", plaisante Pierre.

Publicité

Mais le prix le plus fameux, c'est celui qu'ils ont glané au San Francisco Music Tech Summit, là où tout le gratin de la musique en ligne se réunit.

Une excellente occasion de se faire connaître... et de prouver qu'on a les épaules, sans pression :

En un après-midi, tu rencontres des tas de gens. Je ne veux pas dire du mal de comment ça marche en France, mais là-bas, on ne vous regarde pas forcément de haut. Ce sont des lauriers inattendus mais ça a été un bon exercice... et on a été lauréats !

Aussi, ils ont fait bonne impression au jury du Midemlab, la compétition internationale dédiée aux startups musicales organisée par le Marché international du disque et de l'édition musicale (le Midem, quoi) en arrivant finalistes de l'événement. Bref, une belle moisson pour les Bordelais.

Pas de compte payant, pas de pub

Blitzr est un peu plus qu'un agrégateur de contenus, comme son (apparent) concurrent Musikki, basé à Londres. En plus de dispenser de la musique, la plateforme le fait entièrement gratuitement, et sans la moindre pub. "On tient absolument à ce que chaque internaute puisse bénéficier de l'expérience optimale. On tient à ne pas avoir de pub".

Pour eux, c'est important :

Aujourd'hui, tester une voiture avant de l'acheter c'est possible, mais la musique non. Sinon on est puni par la loi. Alors on a voulu conserver cette relation intime avec la musique en la rendant gratuite le temps que l'utilisateur se plonge vraiment dans un univers artistique. Le rapport à la musique relève de l'intime.

Mais alors sur quoi repose le modèle économique ? Sur l'affiliation avec d'autres sites partenaires. Un exemple ? En tapant le nom "Portishead" dans le moteur de recherche Blitzr, le site vous proposera non seulement d'écouter les albums Third ou Roseland NYC Live, mais aussi de comparer les prix de la musique du groupe, au format souhaité, si vous souhaitez l'acheter. CD, vinyle, digital... le site renvoie sur des plateformes tierces tels les "marketplaces" d'eBay ou Amazon, en précisant lequel est le moins cher. "Mais nous entendons faire figurer au sein de notre comparateur de prix l'ensemble des maketplaces dédiées à la musique, du plus gros à la distro la plus  underground/pointue", ajoute Pierre.

Ce n'est pas tout. Dans la plus pure tradition DIY, le site propose également un lien pour acheter le "merch" de l'artiste, soit, dans la plupart des cas, des t-shirts. Dans leur démarche de plateforme tout-en-un de la musique, les trois papas de Blitzr ne veulent pas s'arrêter là :

On veut pouvoir amener l'internaute à pouvoir acheter tout ce qu'il souhaite sur l'artiste en question, que ce soit un livre ou un billet d'avion pour le prochain festival où il se produit.

L'ambition n'est pas sans audace : "Constituer la plus grande base de données au monde dédiée à la musique". Mais il semblerait que si Blitzr réussit à se trouver une audience, il deviendra encore plus que ça : à la croisée des chemins entre la simplicité et l'absence de pub offertes par la plateforme Grooveshark et l'exhaustivité des informations de Discogs, site de référence pour les geeks du disque, Blitzr pourrait faire de l'œil à de nombreux fans de musique qui ne trouvent pas leur compte chez les géants du streaming.

L'école du metal : la musique comme pratique sociale

Outre le fait d'être bassiste de Year Of No Light, Yohan Sébenne, CCO de Blitzr, gère le label Radar Swarm, auquel les amateurs de musique lourde doivent nombre de sorties metal et postcore de grande qualité. Musiciens, gérants de label... Finalement, ces trois mecs prouvent qu'avoir fait ses armes dans la scène de la musique de Satan est tout sauf un inconvénient.

Bien au contraire, selon Pierre Anouilh :

Venir d'un groupe de metal fait qu'on a une approche différente des autres plateformes. On voit la musique comme une pratique sociale qui va toujours pérenniser, qui trouvera toujours des canaux d'approche.

Alors c'est quoi la suite ? Outre une nouvelle version et la campagne de communication qui ira avec, Blitzr devrait se doter d'une application mobile "d'ici une dizaine de jours", ainsi que de nouvelles idées :

Pour l'instant, il n'y a pas encore de politique rédactionnelle très marquée. Mais dans l'avenir, on pourra imaginer des artistes "Blitzr curated", des blogs clé en main et une gestion des actifs par les groupes, un référencement optimal... Il y a encore énormément de services à inventer.

Mais est-ce si facile de s'imposer dans le milieu de l'industrie du disque, réputé pour son inertie ? Pierre Anouilh ne joue pas le naïf, mais avec tant de prix remportés en France et aux États-Unis et l'idée claire et précise que ses fondateurs ont en tête concernant leur bébé, le guitariste de Year Of No Light nous donne de bonnes raisons d'y croire :

C'est vrai que dans le milieu, il y a une grosse crispation. Tout le monde est très crispé sur ses avantages. Malgré tout, au MIDEM ou ailleurs, les gens de l'industrie du disque ont plutôt bien pris notre modèle. On est capable de restituer l'ensemble des discographies et c'est quelque chose qui peut les intéresser fortement.

Côté musique, les compères s'apprêtent à sortir un prochain split avec Bagarre Générale chez le label Musicfearsatan, qui les accompagne depuis longtemps désormais. D'octobre à novembre, Year Of No Light sera en tournée américaine avec deux dates à New York, puis quelques dates en France, notamment avec les rockeurs psyché de Mars Red Sky.

Le parcours des gars de Blitzr est finalement une excellente nouvelle : ils sont la preuve qu'on peut très bien jouer le metal le plus lourd possible et vivre grâce à la musique. Même si pas que de la sienne.

Par Théo Chapuis, publié le 06/10/2014

Copié

Pour vous :