Kristian Vikernes est ouvertement antichrétien. Voilà pourquoi il a changé son prénom pour Varg.

Un musicien de Black Metal norvégien arrêté en Corrèze

Varg Vikernes, l'homme du one-man band de black metal Burzum a été arrêté dans sa ferme en Corrèze. Il est soupçonné d'avoir préparé un "massacre". Petit retour sur un musicien très sulfureux.

black metal

Kristian Vikernes est ouvertement antichrétien. Voilà pourquoi il a changé son prénom pour Varg.

Quel monde incroyable celui dans lequel nous vivons. Un monde où la frontière séparant les musiciens géniaux et les criminels timbrés est décidément plus ténue que prévu. Norvège, 1993. Après quelques années passées à écrire des chansons de black metal pour son one-man band Burzum, Kristian Vikernes (aka Varg Vikernes, aka Count Grishnackh) brûle quelques églises et assassine violemment son producteur et ami Øystein Aarseth, lui-même guitariste du groupe séminal Mayhem sous le pseudonyme d'Euronymous et propriétaire du QG des metalheads de Bergen, la boutique Helvete.

Publicité

Pour quelques dizaines de coups de couteau mortels et la destruction d'églises en bois séculaires, il écope alors de la plus longue peine de prison en Norvège : 21 ans de détention. Oui, la même période qu'Anders Breivik après les évènements de la tuerie d'Oslo. Depuis sa prison, Varg Vikernes s'intéressait à la politique et tenait des propos ouvertement racistes. Aujourd'hui, il pratique un mélange inédit de néonazisme sans son aspect national socialiste, de paganisme profond et d'anti-christianisme violent. Libéré depuis mai 2009, le musicien s'était alors installé en France, là où vivait sa femme, elle-même Française.

"Massacre"

Aujourd'hui, Vikernes fait à nouveau parler de lui. Il a été interpellé dans sa ferme corrézienne et placé en garde à vue depuis ce matin, selon une source judiciaire. La police le soupçonne d'avoir voulu perpétrer un "massacre" et procède en ce moment même à une perquisition de son domicile à Salon-la-Tour à la recherche d'armes et d'explosifs, précise RTL.

black metal

(Crédits : Idé)

Publicité

Le musicien s'était déjà fait remarquer en publiant un billet sur son site internet appelant ouvertement à voter pour Marine Le Pen. "Vos campagnes sont belles, mais seulement parce qu'elles sont encore peu touchées par la masse de l'immigration", ou encore "Le système scolaire et universitaire vous mentira aussi, et utilisera son autorité pour vous orienter vers un autre vote. C'est en particulier vrai pour l'université. S'il vous plaît soyez fort et ignorez vos professeurs qui se méprisent eux-mêmes. Votez FN quoiqu'ils disent", déclarait, entre autres, Varg Vikernes.

Sa femme Marie Cochet, avec qui il a trois enfants, s'est procurée de manière tout à fait légale quatre fusils. Elle est inscrite à un club de tir. De plus, Varg Vikernes fait partie de la liste d'un peu plus de 500 personnes à avoir reçu le manifeste d'Anders Breivik, lui-même motivé par des raisons racistes à assassiner froidement 77 personnes dans les tueries d'Oslo du 22 juillet 2011. Il semblerait que ce soit cela qui ait mis la puce à l'oreille aux autorités.

Côté vie publique, le musicien n'avait pas dit son dernier mot au black metal. Depuis sa cellule, il avait enregistré plusieurs albums de musique ambient dans les années 90 et 2000. Après sa détention en 2009, il renouait même avec les guitares électriques pour enregistrer quatre disques de metal en quatre ans. Pour découvrir l'univers de ce musicien hautement sulfureux, écoutez la chanson "Dunkelheit" ci-dessous, une pépite parmi la discographie très irrégulière de Vikernes.

Publicité

Burzum - Dunkelheit

On vous conseille également : 

Publicité

Par Théo Chapuis, publié le 16/07/2013

Pour vous :