Les femmes ont fait régner l'esprit Black Lives Matter sur les VMAs

 Un message fort a été envoyé cette année durant la cérémonie de MTV grâce aux performances de fabuleuses artistes noires.

Souvenez-vous, en juillet 2015, Nicki Minaj provoquait un débat sur Twitter en accusant MTV de ne récompenser que des artistes blanches et minces :

Publicité

Traduction : "Si vos clips mettent en avant des femmes très minces vous serez nommée pour le prix du clip de l’année."

Publicité

Publicité

Traduction : "Si j’étais une artiste d’un ‘type’ différent, Anaconda aurait été nommée dans la catégorie meilleure chorégraphie et dans la catégorie meilleur clip de l’année."

Il semblerait que MTV ait entendu ses critiques. Cette année les Video Music Awards ont été épiques, et c’est principalement grâces aux artistes noires qui étaient présentes.

Beyoncé a ouvert la marche en envoyant un message très fort avant même le début de la cérémonie. Sur le tapis rouge, elle s’est tenue aux côté de femmes afro-américaines dont les enfants ont été tués par les forces de l’ordre. La chanteuse avait déjà invité ces mères meurtries à apparaître dans Lemonade, son album visuel diffusé sur HBO.

Publicité

Bien sûr, ses quinze minutes de medley des titres de Lemonade a été l’apogée musicale, chorégraphique et politique de la soirée. Au point d’avoir irrité Rudy Giuliani, l’ancien maire de New York pour qui cette performance était "une honte".

Pour finir, Beyoncé a aussi raflé huit trophées. Un bilan qui fait clairement d’elle la reine de cette soirée.

Rihanna la suivait de très près : elle a chanté quatre fois durant la soirée et est repartie avec le prestigieux Michael Jackson Video Vanguard Award, un récompense spéciale qui honore les artistes ayant un impact sur la culture du clip. À 28 ans, elle est la deuxième artiste la plus jeune à le recevoir. Elle a aussi esquivé Drake qui a tenté de l’embrasser, ce qui lui a valu d’être copieusement applaudie sur les réseaux sociaux.

(Source: Giphy)

Légèrement éclipsée par les deux premières, la troisième femme de cette soirée était définitivement Alicia Keys, qui a ému le public avec un poème qu’elle a partiellement chanté a capella en hommage au 53e anniversaire du discours historique de Martin Luther King "I Have a Dream".

Son choix de ne pas porter de maquillage, qu’elle revendique depuis la sortie de son dernier album, a lui aussi provoqué de nombreuses réactions sur Internet. Certaines étaient méprisantes, mais la majorité des gens la soutenait.

Traduction : "Honnêtement Alicia Keys, je suis sur le point de suivre ton exemple, qui est avec moi ?"

Enfin, si vous ne saviez pas qui est Teyana Taylor avant les Video Music Awards, l’erreur est réparée. Sa danse explosive sur le titre "Fade" de Kanye West a été l'une des performances les plus commentées. Des articles ont même été publiés pour la présenter, comme si elle n’était pas déjà une artiste reconnue.

Teyana Taylor (© Giphy)

Ironiquement, le supposé retour triomphal de Britney Spears aux VMAs a été considérablement évincé par l’incroyable énergie de ces talentueuses artistes noires.

Si on peut toujours leur reprocher un manque d’engagement manifeste envers la communauté LGBTQ, les Video Music Awards ont bel et bien offert une plateforme aux artistes pour mettre en avant le mouvement Black Lives Matter et montrer l’importance d'une juste représentativité.

 Traduit de l’anglais par Sophie Janinet

Par Evan Glazman, publié le 31/08/2016

Copié

Pour vous :