Beyoncé bouscule les règles du marketing digital

Cette nuit, Queen B a bousculé son monde en dévoilant un album inattendu. Et l'air de rien, elle a donné une leçon de marketing à l'industrie musicale.

Capture d'écran du teaser de "Superpowers"

Alors que la majorité des artistes annoncent leurs albums à coups de teasers, singles, tracklists, images et pochettes, la reine du R'n'B a décidé de prendre le contre-pied de cette méthode en mettant directement sur iTunes son cinquième album, sobrement intitulé Beyoncé. Sans aucune forme de promotion. Un opus pourtant extrêmement élaboré qui compte des invités de qualité, comme Drake et Frank Ocean. Un coup de maître pour la star mondiale qui a pris tout le monde de court, et s'est paradoxalement assurée une couverture médiatique importante.

Publicité

Si Kanye West avait amorcé une forme d'anti-promo avec son album Yeezus, pour lequel le rappeur omniprésent avait évité les plateaux télé (hormis un passage au Saturday Night Live) et radios pour entretenir le mystère, Beyoncé est allée plus loin. La diva s'est contenté de poster une vidéo de quelques secondes sur son compte Instagram au moment où l'album a été disponible sur iTunes cette nuit. Avec pour seul commentaire : "Suprise !".

14 titres pour 17 clips

Le plus fort, c'est que ce cinquième opus ne compte pas moins de 14 titres et 17 clips tous aussi aboutis et travaillés les uns que les autres. Pour cela, Beyoncé a dû s'entourer d'une équipe d'artistes, de techniciens et de figurants qui ont tenu le secret jusqu'à la dernière minute. Une prouesse exceptionnelle. Car avec Internet et les réseaux sociaux, on ne compte plus le nombre de fuites avant les sorties d'albums, comme ce fût le cas pour le dernier Phoenix ou le dernier Lady Gaga.

Publicité

Mais en réalité, Beyoncé aurait-elle eu besoin d'une quelconque forme de promotion alors que son nom suffit à affoler la presse du monde entier ? Le moindre de ses déplacements, faits et gestes sont épiés, son mariage avec le tout aussi médiatique Jay Z est quotidiennement scruté, et elle-même entretient sa fan base avec des publications de photos quasi quotidiennes sur son blog.

Beyoncé : le caméléon

L'anti-Gaga n'a pas besoin de tout ça. Beyoncé est parfaitement au courant que ses fans l'attendaient avec impatience depuis 2011, année de sortie de son dernier album, 4. En le dévoilant de cette façon, elle marque les esprits. Pour chaque titre, elle a donc pris le parti de créer des ambiances visuelles différentes, à la fois riches et travaillées.

Publicité

Dans une vidéo postée sur sa page Facebook, elle explique ce choix :

Je vois la musique [...]. Quand je suis connectée à quelque chose, je vois immédiatement un visuel ou une série d'images qui sont liées à un sentiment ou à une émotion, un souvenir de mon enfance, des pensées sur la vie, mes rêves ou mes fantasmes, et elles sont connectées à la musique [...]. Je voulais que les gens entendent les chansons avec l'histoire qui est dans ma tête.

Pour le clip de son titre en duo avec Jay Z "Drunk in Love", on la découvre en sirène moderne dans une esthétique minimaliste en noir et blanc. Dans celui de "Superpower" en featuring avec Frank Ocean, elle se met dans la peau d'une chef de gang de rue et dans "Pretty Hurts" c'est une reine de beauté. Enfin, dans le clip de "Blue" elle s'illustre en mère attentionnée, sa fille dans les bras. En véritable artiste, elle switche d'un rôle à un autre avec assurance et sans jamais frôler le ridicule. Pas de single connu ou déjà entendu en boucle dans les radios : le format de l'album, à l'aide de ce marketing brut, est sacralisé.

Publicité

Rien ne semble donc résister à Queen B qui, en plus de donner une leçon de marketing et de simpicité à l'industrie musicale, nous livre un album de qualité. Et en incluant dans son opus son mari et même sa fille Blue Ivy, elle démontre qu'elle réussit à tout mener de front. On peut maintenant vraiment l'affirmer : Beyoncé Runs The World.

Par Constance Bloch, publié le 13/12/2013

Copié

Pour vous :