AccueilÉDITO

L'univers hybride de Ben Khan

Publié le

par Sarah Barbier

1992, le premier EP du prodigieux Ben Khan prévu pour le 5 mai prochain est d'ores et déjà disponible à l'écoute via Dazed & Confused. L'occasion de faire les présentations.   

Ben Khan, le fils spirituel de Jai Paul ?

Originaire de Londres, Ben Khan livre depuis plus d'un an ses bidouillages électroniques aux beats palpitants et aux lignes de basses lancinantes. Ce jeune prodige de 21 ans puise ses influences dans ses origines (son père est un artiste du Cachemire spécialisé dans le textile), dans sa jeunesse londonienne, dans le cinéma mais aussi, et surtout, dans la musique de Jai Paul, de Child of Love ou encore dans celle du groupe JUNGLE. Il a réussi en quelques mois à récolter plus d'un million d'écoutes sur son compte SoundCloud. Pas de doute que dans quelques temps, sa néo-soul électrique sera dans toutes les oreilles.

Pourtant, Ben Khan continue à se faire discret. Bons nombres d'articles s'interrogent sur la personnalité du petit génie. Une stratégie qui marche tant par le nombre de vues sur ses vidéos Youtubes, que par sa présence dans les médias musicaux. Et s'il peut donner l'impression d'être un pur produit marketing, détrompez-vous. Comme il l'explique à Noisey - et comme le précise Shadazz - il souhaite avant tout donner une autre image de la pop :

Je pourrais faire de la pop simpliste, ce serait facile et je sais qu’il y aurait un marché. Si je faisais ça juste pour l'argent, ce serait excitant mais quelque peu ennuyeux. Et puis suivre un projet gentillement étape par étape ? Tu n’apportes aucune valeur à l’équation. […] Je ne cherche pas à faire des changements révolutionnaires, mais j'aimerais un peu ouvrir l’esprit des gens.

Il y a beaucoup d’esprits fermés,  une vision cathodique conduit les gens à l’ennui. Je ne fais pas ça pour devenir une star. […] Mon objectif, c’est d’atteindre les auditeurs passifs, les non-initiés. Leur offrir une autre vision de la pop music. Si tu les atteints tu fais la différence. C’est une possibilité passionnante.

Et au vu de son premier EP 1992, nul doute qu'il a raison. Prévu pour le 5 mai, celui-ci est d'ores et déjà en écoute via Dazed & Confuzed

Un véritable univers musical

Mais si Ben Khan est capable d'offrir une nouvelle vision à la pop, c'est avant tout grâce à son univers sonore si varié où l'on peut aussi bien croiser un son de guitare bluesy que des percussions r'n'b ; des mélodies néo-soul que des lignes de basse funky. Que ce soit sur le mélancolique "Drive 1", le syncopé "Eden" - qui comporte des samples de barrissements d'éléphant (oui oui) - l'euphorique "Youth" ou l'hypnotisant "Savage", le jeune londonien pose sa voix vaporeuse à tour de bras sur de véritables pépites corrosives au sex-appeal puissant.

Et si ces différentes tracks incarnent parfaitement l'univers hybride de Ben Khan, elles le font d'autant plus accompagnées de leurs clips. Ainsi, le musicien se plaît à cultiver le mystère jusque dans ses vidéos. Comme c'est le cas, par exemple, dans le clip délicieusement psychédélique de "Eden", où il glisse habilement, en grand amateur de cinéma, de subtiles références à Las Vegas Parano, à Enter The Void, à Hitchcock, à Savaldor Dali et même à Woodkid. Et croyez-moi, il n'a pas fini de nous surprendre.

 Son premier EP 1992 est disponible en pré-commande ici. Il sortira le 5 mai sur Blessed Vice, son propre label.

À voir aussi sur konbini :