Les cinq artistes qui ont marqué le festival de Beauregard

Festival pluvieux, festival heureux ! Et ce n’est pas le château de Beauregard qui dira le contraire. Du 3 au 6 juillet, c’est dans la petite bourgade d’Hérouville-Saint-Clair, dans le Calvados, que se sont enchaînés une série de concerts aussi bien électro, pop-folk, que familiaux.  

Beauregard site

Le site de Beauregard. (Crédit Image : Florian Bardou)

Les 4, 5 et 6 juillet, si les conditions météo n'étaient pas au beau fixe, un vent de musique anglo-saxonne a soufflé sa brise tout le weekend à Hérouville-Saint-Clair. Pas étonnant : ce weekend-là, dans cette petite ville de Basse-Normandie, un public nombreux assistait au festival Beauregard.

Publicité

Sous les nuages exactement, des artistes comme Angus & Julia Stone, Samba De La Muerte, Cats On Trees pour les jeux de guitare folk, Disclosure, Kavinsky et Gesaffelstein pour les fins de soirées. Une bien belle programmation dans un cadre idyllique : plus de 80 000 spectateurs, c’est un pari réussi. Retour sur les cinq artistes les plus pertinents de cette année 2014.

 1# Samba De La Muerte

Rien de très brésilien dans cette édition 2014 du festival Beauregard si ce n’est les quelques mines déconfites après l’élimination de l’équipe de France de la Coupe du monde du côté de Rio de Janeiro. Rien de très brésilien non plus dans Samba de la Muerte, si ce n’est le nom donné à l'indie-folk des quatre Normands.

Ce jour-là, ils délivrent une prestation live d’une quarantaine de minutes d’une rare efficacité, diablement envoutante. Le bande d’Adrien Leprêtre terminera de convaincre un public de courageux, venu assister à l’ouverture du deuxième jour, par un flamboyant moment avec "Secrets".

Publicité

 2# Damon Albarn

C’était l’une des énormes têtes d’affiche de cette 6ème édition. Attendu, Damon Albarn n’a pas déçu. L'ex-Blur a délivré un set live d’une heure – "c’est trop vite, désolé" selon le principal intéressé – ouvert par des titres solos comme "Lonely Press Play" ou "Everyday Robots" et conclu par le sublime "Heavy Seas of Love", en passant par quelques morceaux de Blur et The Good, The Bad & The Queen, sans oublier les nombreux réarrangements de Gorillaz comme le fabuleux "Clint Eastwood", véritable sommet de ce concert.

Au Beauregard, on a eu droit à un Damon Albarn au top de sa forme après 25 ans de carrière qui, avec ses musiciens, a probablement offert au public normand l’un, si ce n’est le meilleur concert du week-end.

Publicité

Damon Albarn

Damon Albarn, venu défendre son album solo (Crédits image : Florian Bardou)

3# London Grammar

C’est une véritable histoire d’amour entre London Grammar et le public français. Et le moins qu'on puisse dire, c’est que la prestation des trois Anglais n’a pas laissé indifférent. Tous ou presque ont un avis sur la question : certains vous diront que c’est musicalement trop mou pour un festival, d’autres déclareront au contraire qu’ils ne s’en sont toujours pas remis.

Quelques secondes après l’arrivée de Dot Major et de Dan Rothman, les deux musiciens du groupe, Hannah Reid entre en scène, tout sourire, thé à la main et pose "Hey Now". Un frisson parcourt l'échine des fans. La suite est tout aussi sublime : les Anglais déroulent leur premier album If You Wait et appuient là où ça fait du bien avec des titres tel "Wasting My Young Years".

Publicité

On retiendra aussi le superbe "Flickers" ou leur fameuse reprise de "Nightcall", le titre du Français Kavinsky, qu’ils ne manqueront pas de saluer au passage. En résumé, ce live fût une belle succession de claques électrisantes pour ce qui restera l’un des grands moments du premier jour.

London Grammar

Hannah Reid de London Grammar, frissonnante (Crédit Image : Florian Bardou)

4# Angus & Julia Stone

En musique, jouer en famille est souvent une option gagnante. Après la tentation d’une carrière séparée, la douce voix de Julia et le jeu de main d’Angus reviennent sur scène pour nous présenter leur troisième album,  à l’agréable saveur de bistrot texan, prévu pour le 1er août prochain.

Avec une complicité évidente et un mélange de titres antérieurs à ceux que l’on ne saurait connaître encore, ils ont presque réussi à faire partir la pluie. À l'écoute de certains titres, on entend presque les mélodies de First Aid Kit, l'allure à la Sufjan Stevens en plus. Il suffit de fermer les yeux, et d’apprécier :


Angus et Julia Stone à Beauregard 2014 - extrait
par francebleu-nordnormandie

5# Disclosure

Deux heures du matin, vendredi soir. Les plus courageux affrontent encore et toujours la pluie et attendent l’arrivée d’une des plus grosses sensations electro britannique de ces dernières années. La plupart des filles sont ravies (on a le droit de regarder sans consommer, non ?) et l’on sent une impatience palpable dans la fosse.

Après avoir fait un carton avec "You & Me" en featuring avec Elisa Doolittle et remixé par le géant Flume, nos deux jeunes British originaires de Reigate montrent ce soir qu'ils n’ont plus rien à prouver à personne. Pour les revoir en France, il faudra attendre le 16 août au Positiv Festival à Marseille. Mais bon, vous y serez, hein ?

Disclosure

Disclosure. (Crédit Image : Florian Bardou)

Texte : Angèle Chatelier & Jocelyn Argentin

Par , publié le 17/07/2014

Pour vous :