AccueilÉDITO

Avec Foundation, No Man's Sky s'offre enfin la mise à jour tant attendue

Publié le

par Théo Mercadier

Après le tsunami de critiques lancé contre le jeu No Man's Sky, le studio Hello Games lance enfin une mise à jour majeure, qui ouvre de nouvelles possibilités intéressantes.

"Aaaaaaah... enfin !" La communauté des joueurs de No Man's Sky (ou ce qu'il en reste) pousse aujourd'hui un soupir de soulagement : la première grosse mise à jour du jeu d'exploration spatiale est enfin disponible, et elle pousse les dynamiques de gameplay un peu plus loin que la simple découverte de planètes vides et moches. Avec Foundation (le nom du patch), le studio Hello Games compte bien couper court aux tonnes de critiques qui ont plu sur son jeu dès sa sortie. Pour comprendre l'importance de la mise à jour, il faut revenir aux origines de ce qui peut être admis comme l'un des plus gros fiascos de l'histoire du jeu vidéo.

Sur le papier, No Man's Sky est une bombe : un univers autogénéré met à votre disposition 18 milliards de milliards de planètes différentes (oui, oui, autant). De quoi vous occuper quelques heures. Seul semblant d'objectif : rejoindre le centre de la galaxie, ce qui prend "beaucoup de temps", d'après son créateur Sean Murray. Bon, c'est pas le scénario du siècle, mais le nerf du jeu réside en fait dans l'exploration des mondes, l'extraction de ressources, l'amélioration de son équipement, la découverte d'espèces animales ou encore la récolte de savoirs divers.

Sauf qu'on est très (très) vite déçu par la platitude des planètes, la gueule des espèces rencontrées et la répétition des mécanismes de gameplay. Ajoutez à ça le manque total de multijoueur (pourtant promis par l'équipe des développeurs), la répétitivité mortelle ou encore l'absence de villes, et vous arrivez à vous mettre à dos une bonne partie de la communauté des gamers. À tel point que Steam, la plus grande plateforme de vente de jeux vidéo, avait consenti à rembourser les copies achetées par les membres de sa communauté, et a même mis en place de nouvelles règles encadrant les campagnes de pubs lancées par les studios, comme l'obligation de ne montrer que des captures d'écran réellement tirées du jeu final.

<em>"Attentes/réalité"</em>. (© Hello Games)

"La fondation de beaucoup de choses à venir"

Un fiasco qui pourrait bien commencer à prendre fin aujourd'hui. Après trois mois d'un insoutenable silence, Hello Games a finalement annoncé ce que tout le monde attend depuis la semaine qui a suivi le lancement du jeu : une mise à jour majeure.

"On espère que vous aimerez cette première vraie mise à jour. On ne voulait pas en parler avant que tout soit sûr à 100 %."

Le patch n'est pas monstrueusement lourd, puisqu'il fait environ 2,7 gigas. Sans revenir sur la liste longue comme le bras de points améliorés par ce patch, décrits sur le site du studio, on peut d'ores et déjà noter l'apparition de deux nouveaux modes de jeu : "survival" et "creative". On compte surtout sur le mode "creative", dans lequel le joueur pourra construire sa propre base à souhait, faire du commerce avec des vaisseaux spatiaux, automatiser la recherche de ressources ou encore cultiver sa bouffe dans des plantations hydroponiques. Sinon, au menu des autres améliorations on a aussi : un système de combat, de meilleures textures, un vrai cockpit, du motion blur, de nouvelles ressources et technologies... Des avancées nombreuses qui offrent une multitude de nouvelles possibilités et qui sauront assurément ramener les gamers vers un jeu vite délaissé.

Petit aperçu de la création de bases. (© Hello Games)

Mais le plus intéressant reste la confirmation de la stratégie de Hello Games, qui dit ne pas avoir choisi le mot Foundation (fondation en français) par hasard. En effet, ce patch 1.1 est un premier pas qui doit annoncer une multitude d'améliorations conséquentes, qui continueront d'apporter de nouvelles expériences à No Man's Sky. Un jeu qui, il faut bien l'avouer, offre des possibilités phénoménales. On peut simplement reprocher à Hello Games de ne pas avoir attendu un peu plus avant de sortir un jeu qu'il lui faut aujourd'hui compléter petit à petit. Point positif : le studio ne nous demande pas de sortir la carte bleue pour accéder à ces updates, ce qui n'est pas le cas d'un certain Star Wars Battlefront...

À voir aussi sur konbini :