Alden Ehrenreich is Han Solo and Joonas Suotamo is Chewbacca in SOLO: A STAR WARS STORY.

featuredImage

Après l’échec de Solo au box-office, Disney ne sortira plus des Star Wars à des dates si rapprochées

Le dernier spin-off de Star Wars a signé le plus faible démarrage de la franchise depuis le rachat par Disney.

Alden Ehrenreich et Joonas Suotamo dans Solo : A Star Wars Story. (© Lucasfilm/Disney)

Malgré son label "Star Wars", Solo est loin d’avoir satisfait les attentes de Disney : alors que la firme aux grandes oreilles attendait de son dernier blockbuster entre 130 et 150 millions de dollars de recettes (entre 111 et 128 millions d’euros) aux États-Unis, et plus de 300 millions de dollars à l’international pour son premier week-end d’exploitation, le long-métrage a presque rapporté deux fois moins.

Avec 103 millions de dollars récoltés aux États-Unis sur ses quatre premiers jours, le spin-off de Star Wars a signé le plus faible démarrage de l’histoire de la franchise sous l’égide de Disney (Rogue One, premier spin-off de la série et petite déception au box-office, avait rapporté 155 millions de dollars lors de son premier week-end).

Malgré le week-end du Memorial Day (qui dure quatre jours aux États-Unis et qui est souvent choisi pour la sortie de nombreux films), le long-métrage arrive loin derrière les lancements des blockbusters Deadpool 2 (125 millions de dollars) et Avengers : Infinity War (257 millions de dollars), toujours à l’affiche. En comparaison, L’Attaque des clones, a fait presque aussi bien que Solo à sa sortie en 2002 (80 millions de dollars), en prenant en compte l’inflation.

Une bonne leçon pour Disney

Si plusieurs hypothèses peuvent expliquer cet échec (un mauvais marketing, des critiques mitigées, une énorme concurrence…), l’option la plus plausible revêt la forme d’une certaine "fatigue Star Wars" : Solo est sorti seulement cinq mois après Les Derniers Jedi (qui n’avait par ailleurs pas ravi l’ensemble des fans et en a très probablement découragé certains). De plus, depuis 2015, Disney respecte méticuleusement le rythme (assez infernal) d’un long-métrage Star Wars par an. Les studios auront ainsi sorti cinq volets de la saga (dont deux spin-off) d’ici 2019, alors que la Fox en a sorti six entre 1977 et 2005.

Une erreur que les studios ne comptent plus réitérer à l’avenir. Comme le rapporte le Hollywood Reporter, l’échec de Solo aurait amené Disney à repenser sa stratégie : la firme californienne ne compte dorénavant plus sortir deux films Star Wars à des dates si rapprochées, peu importe qu’il s’agisse d’éléments de la trilogie principale ou de spin-off. Elle n’abandonne pas pour autant ses futurs plans de sorties : le neuvième épisode de la saga débarquera en décembre 2019. De quoi nous laisser le temps de reprendre un peu notre souffle.

Par Marie Jaso, publié le 30/05/2018