featuredImage

Aller à des concerts allongerait votre espérance de vie

Selon une étude plutôt sérieuse.

Daft Punk, Alive 2007. (© Viméo)

Saviez-vous que les concerts possédaient des vertus insoupçonnées ? Outre le fait de nous faire perdre plus de poids qu’une séance de sport, les concerts auraient d’autres bienfaits selon une nouvelle étude menée par la société britannique de téléphonie mobile O2. On apprend en effet que l’énergie déployée lors d’un événement musical en live permettrait aux individus de vivre plus longtemps.

Le chercheur en sciences du comportement Patrick Fagan a démontré qu’assister à 20 minutes de concert seulement ferait augmenter la sensation de bien-être de 21 % en moyenne chez ses sujets en étude. D’autres facteurs du bonheur sont accentués, comme l’estime de soi (+25 %) et le sentiment d’être plus proche d’autrui (+25 %).

Comme l’explique très simplement Patrick Fagan :

"Notre recherche montre les effets bénéfiques des concerts sur la santé, le bonheur et le bien-être. La clé est d’en voir un toutes les deux semaines ou régulièrement. En combinant toutes nos pistes de réflexion avec les recherches d’O2, nous en sommes arrivés à la conclusion qu’assister à un concert toutes les deux semaines pouvait amener à augmenter son espérance de vie d’environ 10 ans."

À titre de comparaison, la pratique du yoga fait augmenter la sensation de bien-être ressentie de 10 %, contre 7 % lorsque l’on emmène son chien en balade. Mais attention, tenez-vous bien : vivre une performance live ferait grimper le taux de bonheur à hauteur de 75 %, toujours selon les mêmes recherches.

Bien sûr, cette étude a été réalisée en partenariat avec la société O2 qui, rappelons-le, possède plusieurs salles de concert au Royaume-Uni, mais on ne peut nier qu’un évènement live a des effets bénéfiques sur la santé. Après tout, c’est bien connu : que ce soit en live ou dans nos casques, la musique adoucit les mœurs. La saison estivale et ses festivals approchent, vous savez maintenant ce qu’il vous reste à faire.

Par Jérémie Léger, publié le 28/03/2018