Alan Myers, à l’extrême gauche, avec son ancien groupe Devo.

Alan Myers, l'ancien batteur de Devo, est mort

Alan Myers est décédé des causes de son cancer le 24 juin 2013. Ému, Gerald Casale de Devo lui rend un hommage vibrant sur Twitter.

Alan Myers, à l'extrême gauche, avec son ancien groupe Devo.

"Je viens d'avoir de mauvaises nouvelles". C'est ainsi que Ralph Carney, un proche d'Alan Myers, a introduit l'annonce de la mort de son ami. "Alan Myers est décédé hier des causes de son cancer. Il était le meilleur batteur de Devo et l'une des premières personnes à m'introduire au jazz. Je suis en train de pleurer..........", a-t-il continué.

Publicité

Alan Myers a été le batteur du groupe pendant une dizaine d'années seulement, mais il a occupé le poste pendant les années les plus prolifiques du groupes. Alan Myers est le batteur de Devo sur six des neuf albums que compte la discographie de la formation de new wave. Six très bons disques sur lesquels on pouvait trouver des chansons aussi emblématiques que "Jocko Homo", "Girl U Want", le tube "Whip It" ou encore "Secret Agent Man".

Alan Myers a continué à jouer de la musique jusqu'à la fin de sa vie.

L'émotion de Gerald Casale

Gerald Casale, membre fondateur de Devo, a évoqué la mémoire du musicien depuis son compte Twitter. Un premier tweet rendait hommage "au meilleur batteur avec lequel [il a] eu le privilège de jouer pendant 10 ans". Puis il a posté ce message : "Je l'avais supplié de ne pas quitter Devo. Il ne supportait pas de se sentir remplacé par le Fairlight [un des premiers synthétiseurs échantillonneurs, ndr] et la musique de machines autocratiques. J'étais d'accord avec lui".

Publicité

Après son départ de Devo en 1985, Alan Myers est resté actif dans la scène locale de LA. Il a joué avec de nombreux groupes, dont les illustres inconnus Babooshka, Skyline Electric et plus récemment Swahili Blonde, un groupe dans lequel il partageait la scène avec sa fille Laena Myers-Ionita.

Devo - Beautiful World

Publicité

On vous conseille également :

Par Théo Chapuis, publié le 26/06/2013

Copié

Pour vous :