L'actu du week-end : Daft Punk, Kanye West et Boards of Canada

Ce week-end, il y a eu un peu d'actualité musicale, éparpillée entre Twitter, Monaco et la ville de Houston. Des noms ? Kanye West, Daft Punk et Boards of Canada.

(Crédit Image : Lotus)

Publicité

Quel est le point commun entre la localité de Monaco, les rivages virtuels de Twitter et la ville de Houston ? Aucun, exception faite que des groupes et artistes ont fait parler d'eux ce week-end sur ces lieux.

  • Daft Punk à toute vitesse

Tout d'abord, Daft Punk. Comme vous pouvez admirer la photo téléchargée ci-dessus, le duo français a réalisé sa première apparition publique depuis la sortie de Random Access Memories. Ou ça ? En toute intimité au Grand Prix de Monaco, aux côtés de leur F1 de la marque Lotus. Cette dernière a fini dixième de la course loin derrière Nico Rosberg sur Mercedes.

Publicité

Après la musique, les bagnoles.

(Crédit Image : Lotus)

(Crédit Image : Lotus)

Publicité

  • Boards of Canada continue dans la veine du mystère : 

Depuis quelques semaines, Boards of Canada excite la Toile. A base de vinyles éparpillés lors du Disquaire Day et de codes chiffrés. La semaine dernière, la formation britannique dévoilait enfin quelque chose de tangible : un clip pour un single, "Reach For The Dead".

Publicité

Chassez le naturel, il revient au galop. Ce week-end, Boards of Canada était sur Twitter et a lâché une image qui fait référence au 27 mai pour 17 heures "Pacific Daylight Time". C'est aujourd'hui et c'est de bonne augure.

  • Une projection de Kanye West annulée : 

Enfin, Kanye West, parlons-en : il s'est passé de drôles de choses cette nuit à Houston, dans l'État du Texas. Alors que le rappeur américain poursuit la projection de son nouveau single "New Slaves" un peu partout dans le monde, de Paris à Sydney, c'est à domicile qu'il a connu des problèmes.

Comme le précise The Houston Chronicle, relayé par Pitchfork, une projection prévue à la chapelle de Rothko n'a pas eu lieu. Elle a été arrêtée par la police locale qui a demandé aux badauds de quitter les lieux. S'ils ne bougeaient pas, ils étaient arrêtés sur le champ.

Un Vine rend compte de la situation :

Par Louis Lepron, publié le 27/05/2013

Copié

Pour vous :