AccueilEngagé·e·s

On vous a demandé ce que vous auriez aimé savoir avant de commencer votre vie sexuelle

Publié le

par Lisa Coll

"Un rapport sexuel ne se termine pas obligatoirement quand l’homme jouit." Ça, j’aurais aimé le savoir plus tôt.

On vous a demandé ce que vous auriez aimé savoir avant de commencer votre vie sexuelle

© Tachina Lee (Unsplash)

La vie sexuelle et affective est tout sauf un long fleuve tranquille et c’est tant mieux. Notre vision de la sexualité évolue constamment et c’est souvent les expériences qui nous apprennent ce que l’on aime ou pas. À l’école, les cours d’éducation sexuelle abordent le sujet, mais jamais sous le prisme du plaisir et du consentement. En France, on informe principalement sur la reproduction et sur les IST, ce qui est une bonne chose, mais ce n’est pas suffisant pour avoir une vie intime épanouie.

En discutant d’éducation sexuelle dans la rédaction de Konbini, on s’est rendu compte que, s’il est vrai qu’en matière de sexualité, rien n’est plus instructif que la pratique, il y a plein de choses qu’on aurait bien aimé savoir avant. On vous a donc posé la question à vous aussi, et voici quelques-unes de vos réponses.

"Le rapport sexuel ne se termine pas obligatoirement à l’éjaculation masculine"

"Les hommes ont tendance à oublier que les femmes ont aussi envie de jouir, comme eux, à chaque rapport. Souvent, le rapport sexuel se termine au moment où monsieur a joui et ne peut donc plus bander immédiatement. La femme l’accepte parfois sans rechigner, sans le questionner. En tout cas, moi, au début, je me disais un peu 'bon ce n’est pas grave, la prochaine fois, je trouverai peut-être mon compte', mais en réalité, c’est un cercle vicieux et une assez mauvaise base pour aborder son propre plaisir. J’aurais aimé savoir ça jeune pour comprendre que c’est OK de partager ses désirs et son envie de jouir, de ne pas être satisfaite et le dire, et ne pas me satisfaire de peu de choses. Aborder la sexualité en dehors de la pénétration et donc de l’érection : après la jouissance masculine, on peut continuer, en utilisant d’autres recours !" nous a répondu une femme de 29 ans.

Un adolescent d’une quinzaine d’années va d’ailleurs dans son sens : "J’aurais aimé savoir plus tôt qu’il y a plein de choses à faire sexuellement, autres que 'faire l’amour' dans la définition qu’on prend pour acquise, c’est-à-dire avec pénétration."

"Le clitoris existe bel et bien, et ce n’est pas pour rien"

"J’ai été biberonnée au point G mais très peu au clitoris. Je crois que je savais qu’il y avait un 'bouton' à l’extérieur, mais tout le reste était très 'vagino-centré'. Pour être honnête, même à 25 ans, la première fois que j’ai vraiment ressenti du plaisir, je n’ai pas fait le lien avec le clitoris, assez classique pour les femmes de ma génération je crois. Le pire, c’est que je suis pharmacienne de formation et qu’à 25 ans, j’avais bouclé tous les cours d’anatomie possible, et qu’il n’y a pas de notion claire du clitoris. Donc vive les associations féministes et les campagnes de communication 'Ceci n’est pas un bretzel' !" s’exclame cette pharmacienne de 31 ans en MP sur Twitter.

"S’il y a un truc que tu ne sens pas, tu ne le fais pas"

"Se forcer à faire quelque chose sexuellement parlant est vraiment le meilleur moyen d’avoir des traumatismes par la suite, et ça, j’aurais aimé le savoir avant. Mon ex-copain m’avait mis une pression monstre pour que je lui fasse une fellation, au bout d’un moment, j’ai cédé alors que je n’étais mentalement pas prête. Plus tard, je me suis rendu compte qu’il n’y a qu’en prenant du plaisir que j’arrive à vraiment faire plaisir à l’autre, et ça a changé beaucoup de choses dans mes relations", explique une étudiante de 22 ans.

"Parler, exprimer ses désirs, c’est excitant et ça fait partie de l’acte"

"Le consentement est bien plus complexe qu’un simple 'coucou, est-ce que tu es d’accord ?'. On ne m’a jamais dit que cela signifiait aussi de discuter pendant les relations sexuelles, affirme un jeune homme de 25 ans. C’est une question qui se pose constamment, en permanence. Je n’ai même pas le souvenir qu’on l’ait abordée dans mes cours d’éducation sexuelle et à la vie affective. Le fait de parler pendant la relation sexuelle n’est pas un truc que tu apprends ou que tu vois dans les pornos, c’est un truc que tu découvres sur le tas."

"Ça ne sert à rien d’essayer de devenir une pornstar"

Une femme d’une cinquantaine d’années se souvient : "À mon époque, il y avait les premiers pornos. Les mecs de ma génération regardaient beaucoup ces magazines ou ces vidéos, ça commençait doucement à se démocratiser. Ils pensaient que c’était ça, les relations sexuelles. Les filles, elles, étaient plus informées. Elles ne regardaient pas ce genre de trucs alors que les garçons étaient éduqués comme ça. Ils étaient angoissés par rapport à leurs premières relations parce qu’ils 'apprenaient' à travers le porno. Pour les filles, le rapport au sexe était donc un peu violent et je trouve ça très triste avec du recul."

"On n’est pas moins pur·e si on couche avant le mariage ou 'tôt'"

Elle continue : "Avant de démarrer ma vie sexuelle, je pensais qu’il fallait forcément être en couple avec la personne pour pouvoir avoir des relations sexuelles. Il y avait ancré dans les consciences que c’était bien de rester la plus 'pure' possible. Mais ce sont des conneries, c’est en expérimentant qu’on fait les bons choix et c’était un peu con de se fermer à ça."

"La masturbation féminine existe bel et bien, et elle n’est pas sale"

"Pendant longtemps, j’avais honte parce qu’on n’en parlait pas entre filles, même entre copines, alors qu’on parlait de tout un tas d’autres sujets liés au sexe et que j’étais très ouverte sur le sujet. Je ne sais pas pourquoi la masturbation était si taboue. Il a fallu attendre une soirée arrosée avec mes meilleures copines, à 20 ans, pour l’admettre à voix haute et qu’on se rende compte que c’est totalement normal et sain", raconte cette femme de 23 ans.

"Ne pas réussir à bander ne fait pas de toi quelqu’un d’impuissant"

"D’ailleurs, bander ne fait pas non plus de toi quelqu’un de puissant. Cela m’est déjà arrivé de ne pas réussir et, sur le moment, j’ai eu très honte, alors qu’en y réfléchissant, il n’y a aucune raison de se sentir mal, pour l’un comme pour l’autre partenaire. Il s’agit simplement du corps qui n’a pas réussi à prendre le dessus sur l’esprit, pour telle ou telle raison. Pour moi, cela renvoie à une certaine quête de performance, alors que ce n’est vraiment pas le plus important dans une relation sexuelle. Le terme 'impuissance' en lui-même est à remettre en question. Mais bon, ça, c’est une autre histoire !" plaisante cet homme d’une trentaine d’années.


Et vous, qu’est-ce que vous auriez aimé qu’on vous dise avant de commencer votre vie sexuelle ? De quoi auriez-vous aimé parler entre amis ou ailleurs pour aborder ce grand sujet plus sereinement ? Pour répondre, vous pouvez nous écrire à vossexualites@konbini.com.

À voir aussi sur konbini :