AccueilÉDITO

États-Unis : des lycéennes afghanes invitées à un concours de robotique privées de visa

Publié le

par Evan Glazman

Elles devaient participer à Washington au First Global Challenge, une conférence/concours sur les nouvelles technologies.

Les jeunes Afghanes qui devaient participer au concours d’ingénierie. (© First Global Challenge)

Un groupe de lycéennes afghanes spécialisées en ingénierie robotique s’est vu refuser son entrée aux États-Unis. Elles comptaient se rendre à Washington pour participer au First Global Challenge, une conférence internationale sur les solutions technologiques de demain, qui se tiendra du 16 au 18 juillet. Ces lycéennes étaient censées y présenter un robot de leur propre conception, dans le cadre d’un concours organisé par la conférence.

L’équipe de six filles est originaire de la ville de Hérat, qui est proche de la frontière avec l’Iran. Après avoir entrepris à deux reprises le périlleux voyage de 800 kilomètres qui sépare leur ville de Kaboul afin de se rendre à l’ambassade américaine, les jeunes filles n’ont pas réussi à décrocher un visa. Après des mois de travail, elles devront donc se contenter d’assister au concours via Skype (leur robot n’ayant pas eu de pépin administratif).

Roya Mahboob, l’une des sponsors de l’équipe, a expliqué à Mashable que les jeunes filles étaient particulièrement tristes quand elles ont appris qu’elles ne pourraient pas participer à la compétition :

"C’était très difficile de leur annoncer la nouvelle. Elles sont jeunes et elles étaient très déçues."

Sur le site Internet du First Global Challenge, les jeunes Afghanes expliquent qu’elles souhaitent révéler le génie qui est en chacun de nous :

"Nous voulons faire la différence. Les découvertes en science, en technologie et dans les autres industries commencent habituellement par le rêve d’un enfant souhaitant réaliser quelque chose de grand. Nous voulons être cet enfant et réaliser nos rêves pour changer la vie des gens."

Les Afghans sont de plus en plus discriminés

Le département d’État américain ne s’est pas encore expliqué sur ce refus. Les organisateurs du concours sont particulièrement décontenancés par cette décision car les équipes de l’Iran, du Soudan et de la Syrie n’ont pas eu de problèmes de passeport – alors que ces pays sont pourtant concernés par le "Muslim Ban" de Donald Trump.

Si cette affaire n’est pas imputable au décret antimigratoire du président américain (l’Afghanistan n’ayant jamais fait partie des pays visés), elle renvoie néanmoins aux énormes difficultés rencontrées par les citoyens afghans souhaitant se rendre aux États-Unis. Comme nous l’apprenait le New York Times en mars dernier, même les personnes ayant aidé l’armée américaine (notamment en tant qu’interprètes) peinent à quitter ce pays de plus en plus dangereux. Selon le Washington Post, seulement 112 visas pour voyage d’affaires ont été accordés à des Afghans en mai dernier (contre 780 pour les Irakiens et 4 067 pour les Pakistanais, quand bien même leurs pays respectifs sont fortement touchés par le terrorisme).

Quoi qu’il en soit, le rejet de ces jeunes filles est exactement le genre d’incident que redoutaient les défenseurs des droits civiques américains quand Donald Trump a exprimé son souhait d’empêcher l’entrée de musulmans sur le territoire américain.

Traduit de l’anglais par Sophie Janinet

À voir aussi sur konbini :