AccueilÉDITO

Aux États-Unis, les armes à feu seraient la troisième cause de mortalité chez les mineurs

Publié le

par Evan Glazman

Les dernières statistiques publiées sont effarantes.

(© Scott Butner/Flickr/CC)

Un enfant accède à une arme qui n’était pas gardée en lieu sûr et tire par erreur sur ses frères et sœurs, ses parents, ou sur lui-même. Des tragédies de ce type ne sont malheureusement pas rares aux États-Unis. Toutefois, d’après une étude publiée dans la revue médicale Pediatrics, elles sont encore plus fréquentes qu’on ne le croit.

Les auteurs de l’étude indiquent qu’environ 1 300 jeunes Américains (âgés de 0 à 17 ans) meurent chaque année à cause des armes à feu, ce qui fait de ces dernières la troisième cause de mortalité des mineurs dans le pays (après les maladies et les accidents). Autre moyenne choquante révélée par l’étude : environ 5 790 enfants sont hospitalisés tous les ans pour des blessures par balles aux États-Unis. Chaque jour, ce sont donc 19 enfants qui sont blessés ou tués par des armes à feu.

Ces résultats se fondent sur l’analyse des données récoltées par le Centre de contrôle et de prévention des maladies américain. C’est la mise en relation de différents chiffres qui a permis de dresser le sinistre bilan de la situation. Le débat autour de la violence armée génère beaucoup de tensions politiques aux États-Unis, alors que Steve Scalise, un représentant de la Louisiane au Congrès, a été blessé par balle la semaine dernière. Mais les vies de ces 19 enfants tués et blessés quotidiennement sont tout aussi importantes que celle d’un homme politique, et devraient donc également peser dans la conversation.

Les armes font partie intégrante de la culture américaine, et les restrictions qui seraient nécessaires pour changer la situation sont rejetées en bloc par les citoyens qui ont à cœur de préserver leur droit constitutionnel d’avoir une arme. Le Washington Post rappelle qu’il y a actuellement plus d’armes que de personnes sur le territoire américain. On sait par ailleurs qu’il est 25 fois plus probable d’y être tué par balle que dans n’importe quel autre pays développé.

Traduit de l’anglais par Sophie Janinet

À voir aussi sur konbini :