AccueilÉDITO

Trois destinations de vacances à moins de 300 euros pour cet été

Publié le

par Marie Houssiaux

Plage d’Arlan (© page Facebook Ouessant – Office de Tourisme)

Si votre budget estival est serré, rassurez-vous : rien ne vous condamne à rester chez vous et à regarder vos amis partager leurs photos de vacances sur les réseaux sociaux. Avec un peu de chance et beaucoup de clics, vous pourrez vous évader quelques jours pour profiter des grandes vacances, même en juillet et en août. La preuve avec ces trois idées à moins de 300 euros par personne pour 5 à 7 jours, transports aller-retour, hébergement et sandwichs inclus.

Ouessant. (© Page Facebook Ouessant-Office de tourisme)

Où et comment partir cet été avec moins de 300 euros pendant une semaine, alors même que la haute saison touristique bat son plein ? À condition d’être prêt à jouer les routards et d’accepter des concessions sur son confort, la durée de son voyage ou ses dates de départ, le voyageur à petit budget a la chance d’avoir à sa disposition des outils pratiques et économiques : les compagnies aériennes low cost, les comparateurs de prix en ligne pour trouver le moins cher des vols pas cher et, bien sûr, les auberges de jeunesse, souvent accessibles pour une poignée d’euros par nuit. Voici trois destinations qui ne troueront pas votre compte en banque !

Les villes d’Italie du Nord

Cité attachante et bouillonnante située en bord de mer, Gênes est une ville de caractère aux multiples facettes. Ses palais des XVIe et XVIIe siècles, classés pour certains au patrimoine mondial de l’Unesco, promettent à eux seuls de belles découvertes aux voyageurs qui arpentent la ville. Lesquels aiment aussi se perdre dans les venelles de son centre historique, marcher le long de la promenade de Porto Antico ou longer la côte, escarpée, jusqu’au quartier de Nervi et son charmant petit port. La capitale de la région de Ligurie est aussi celle de la focaccia, version italienne de la fougasse, que l’on déguste en plein air en profitant de l’animation des rues et des terrasses bondées.

Début juillet et fin août, on trouve des vols aller-retour Paris-Gênes à moins de 130 euros, des auberges de jeunesse proches du centre où cinq nuits reviennent à une centaine d’euros et des chambres chez l’habitant sont louées à peine plus cher. Avec un peu plus de 15 euros par jour, il est ainsi possible de manger sur le pouce le midi, prendre un Spritz en terrasse en fin de journée et cuisiner des pâtes à l’hôtel le soir venu.

Autre option : Milan. Réputée pour ses couturiers et sa fashion week, la capitale économique de l’Italie est une destination agréable à visiter à pied. Au départ de la célèbre cathédrale de la Nativité-de-la-Sainte-Vierge, troisième plus grande église du monde, les rues milanaises mènent tour à tour vers la prestigieuse Scala, le vieux quartier de Brera ou encore les bars du quartier des Navigli, idéalement installés au bord des canaux antiques. L’aperitivo, tradition locale, est un bon plan : de 18 heures à 21 heures, les boissons sont généralement accompagnées d’amuse-gueules copieux, variés, et surtout gratuits ! En août, on trouve des vols pour Milan à une soixantaine d’euros et des nuits en dessous de 7,50 euros, ce qui donne une semaine sur place pour un peu plus de 180 euros (ou 25 euros par jour).

Le pittoresque quartier des Navigli, à Milan. (© Page Facebook Milano è Turismo)

Pour Gênes : vols depuis Paris sur Air France, auberges de jeunesse sur Hostelworld et chambres à louer sur Airbnb. Pour Milan : vols depuis Paris sur Easy Jet et auberges de jeunesse sur Hostelworld.

Belgrade, la « Barcelone de l’Est »

Surnommée la « Barcelone de l’Est » pour sa vie nocturne, la capitale serbe, située au confluent du Danube et de la Save, séduit de plus en plus de touristes qui découvrent avec plaisir son histoire riche, ses monuments et ses nombreuses églises. La forteresse du parc de Kalemegdan, qui surplombe les deux fleuves, témoigne à elle seule de 2 000 ans d’histoire – on y observe des tombes romaines, des murailles médiévales et même le bunker de Tito –, et abrite un parc propice aux balades et un zoo. L’église Saint-Sava, plus grand temple orthodoxe des Balkans, compte elle aussi parmi les sites incontournables de la ville, l’une des plus anciennes d’Europe.

Belgrade, qui a toujours été un carrefour entre est et ouest, offre bien d’autres opportunités de déambulations : les terrasses des cafés du quartier bohémien, les concerts de musique tzigane à bord des péniches amarrées sur le Danube, la petite municipalité de Zemun, qui a su joliment préserver les vestiges de son passé austro-hongrois, et même des excursions hors de la ville grâce aux bus nombreux et bon marché, comme vers Novi Sad (comptez environ 3 heures et une dizaine d’euros aller-retour), considérée comme la plus belle ville serbe.

Les Balkans sont de parfaites destinations pour les voyageurs au budget limité : le coût de la vie y est, le plus souvent, très abordable. Le vacancier peu pressé peut par exemple rejoindre Belgrade depuis la France en un peu plus d’une journée de bus. Un trajet long, mais qui coûte moins de 150 euros pour un aller-retour en juillet ou en août, et qui permet de transporter davantage qu’un simple bagage cabine. Sur place, on trouve des nuits en auberge de jeunesse à moins de 7 euros la nuit.

Trajets en bus pour Belgrade proposés sur Eurolines, auberges de jeunesse sur Hostelworld.

Les îles de Bretagne

Les eaux turquoise des archipels bretons – qui n’ont parfois rien à envier à celles des îles caribéennes – sont loin d’être inabordables pour les voyageurs qui rêvent de quelques jours de camping au bord de l’eau, au contact de la nature et dans des paysages somptueux. La ravissante île de Bréhat, « l’île aux fleurs », est ainsi accessible pour une centaine d’euros aller-retour en comptant le train ou le covoiturage pour Saint-Brieuc, les bus pour l’embarcadère, puis le bateau pour l’île. Reste alors un budget de près de 200 euros pour réserver sans tarder un emplacement au camping municipal de l’île (un peu plus de 6 euros par nuit, avec possibilité de vue sur mer), prévoir des espèces – on ne trouve à Bréhat aucun distributeur – et s’acheter dans les quelques commerces de l’île de quoi faire des sandwichs ou cuisiner sur son réchaud.

L’île de Bréhat. (© Yannick Le Gal/site officiel du tourisme en Bretagne www.tourismebretagne.com)

La sauvage île d’Ouessant, qui possède elle aussi un camping municipal (accessible dès 7 ou 8 euros la nuit) et une nature de toute beauté, peut également constituer un formidable spot de vacances. On accède à cette "île du bout du monde" en bateau depuis Brest pour environ 35 euros l’aller-retour, auxquels il faut ajouter le voyage en train ou en covoiturage jusqu’à Brest (dès 42 euros en voiture et 100 euros en train pour un voyage aller-retour depuis Paris). En réservant sans attendre, on peut donc arriver sur Ouessant pour moins de 150 euros. Le reste du budget permettra de payer quelques nuits de camping et des repas frugaux.

Pour Bréhat : trajets en bus de Saint-Brieuc à Paimpol puis de Paimpol jusqu’à l’embarcadère, bateau avec les Vedettes de Bréhat, camping municipal, trains et covoiturage pour Saint-Brieuc.
Pour Ouessant : bateau avec la compagnie maritime
Penn Ar Bed, camping municipal, trains et covoiturage pour Brest.

Les prix indiqués dans cet article sont en vigueur à la date de sa publication, mais susceptibles d’évoluer. Les prix observés sont pour des séjours d’une durée de 5 à 7 nuits. Réservez au plus vite pour en profiter !

À voir aussi sur konbini :