AccueilÉDITO

La chute d’un énorme astéroïde sur Terre n’est qu’une "question de temps", selon un astrophysicien

Publié le

par Evan Glazman

Un astrophysicien britannique pense que l’humanité n’est pas assez préparée à la chute d’un astéroïde sur notre planète.

Souvenez-vous : en 1998 sortait le film Armageddon. Le pitch : la Nasa envoie dans l’espace une équipe dirigée par Bruce Willis, Ben Affleck et Owen Wilson pour faire exploser un astéroïde pour l’empêcher de mettre fin à l’humanité. Si ce blockbuster est devenu un classique, c’est sans doute parce que ce scénario inquiète toutes les générations sans distinction. Qui ne s’est jamais demandé si nous n’allions pas tous disparaître, comme les dinosaures, à cause d’un énorme bout de roche fonçant à toute vitesse vers notre planète ?

L’astrophysicien Alan Fitzsimmons tire désormais la sonnette d’alarme, en affirmant que la chute d’un astéroïde aux conséquences globales catastrophiques "n’est pas une hypothèse, mais une question de temps" : "[…] Même si nous nous sommes améliorés pour repérer les gros astéroïdes, cela ne nous est pas très utile si on n’est pas préparés à les gérer."

Le 30 juin 1908, un astéroïde s’est désintégré à seulement quelques kilomètres au-dessus d’une partie isolée de la Sibérie, la Toungouska, détruisant tout dans un rayon de 20 kilomètres. Si cette explosion n’a fait aucune victime humaine, l’anniversaire de cette date est depuis devenu la Journée internationale des astéroïdes. Chercheur à l’université de Belfast, Alan Fitzsimmons nous rappelle cet incident dans un texte qu’il a publié le 20 juin sur le site de la faculté. Il nous met surtout en garde sur les risques auxquels les humains devraient faire face si un tel évènement venait à se reproduire, non pas dans une zone inhabitée et loin de tout, mais à proximité d’une mégalopole.

Soutenu par le célèbre scientifique Brian Cox, ainsi que par les astronautes Rusty Schweickart (Apollo 9) et Nicole Stott (de la Station spatiale internationale), il profite de l’imminence de la Journée internationale des astéroïdes pour appeler à une prise de conscience de la communauté internationale. Alan Fitzsimmons travaille actuellement au sein du think-tank NEOshield-2 (financé par le Conseil européen de la recherche), qui a pour but d’envisager des solutions pour neutraliser la menace d’une collision avec un astéroïde. Apparemment, ce serait donc un peu plus compliqué que d’abandonner Bruce Willis en martyr avec un détonateur de bombe nucléaire.

Si les gens qui vivent dans la crainte qu’un tel évènement se produise sont rares, les agences spatiales ont pourtant identifié environ 1 800 objets menaçants qui flottent dans l’espace. Alan Fitzsimmons pense qu’il est temps de commencer à se préparer sérieusement à cette éventualité :

"Les astronomes détectent des astéroïdes proches de la Terre quotidiennement, dont la plupart sont inoffensifs. Mais il est possible que le prochain Toungouska nous prenne par surprise…"

Traduit de l’anglais par Sophie Janinet

À voir aussi sur konbini :