AccueilÉDITO

En Angleterre, la photo d'une jeune femme défiant un leader d'extrême droite devient virale

Publié le

par Lydia Morrish

Une belle photo qui capture un acte de bravoure ordinaire.

Chargement du twitt...

Vous l'avez peut-être manquée, mais cette image d'une jeune femme en train de dévisager le leader de l'English Defence League (EDL), au cours d'une manifestation à Birmingham le 8 avril dernier, a fait le tour d'Internet. On y voit Saffiyah Khan, jeune habitante de la ville, regarder Ian Crossland, le leader de ce groupe d'enragés, avec une attitude de défi et de dédain, le tout devant les policiers.

La photo a été prise par Joe Giddens, photographe de l'agence Press Association. Elle illustre le fossé grandissant entre les Britanniques de gauche et une extrême droite nationaliste qui a le vent en poupe. Depuis ce week-end, la photo a été partagée des milliers de fois.

Chargement du twitt...

Le face-à-face s'est produit lorsque Saffiyah Khan s'est interposée pour protéger une femme voilée qui était entourée par un groupe d'hommes rejoignant une manifestation de soutien à l'English Defence League, un groupe viscéralement islamophobe.

"Je n'aime pas voir les gens se faire agresser dans ma ville", a-t-elle raconté à la BBC, ajoutant qu'elle avait été "surprise de la ferveur avec laquelle cette photo a été accueillie". Même si elle n'est pas militante, la jeune femme d'origine pakistanaise et bosnienne s'est sentie obligée de soutenir cette musulmane en position de faiblesse, comme elle l'a raconté au Birmingham Mail :

"J'étais là avec quelques amis pour surveiller, parce que les musulmans et les gens de couleur sont souvent agressés. Il ne se passait pas grand chose jusqu'à ce que cette femme voilée crie 'racistes'.

Vingt à 25 personnes de l'EDL ont couru vers elle et l'ont entourée. Elle avait l'air terrifiée. Je me suis tenue en retrait en attendant que la police s'en occupe. Mais au bout de deux ou trois minutes, la police n'avait toujours rien fait, alors j'y suis allée pour la sortir de cette nasse. Tout s'est passé très vite. La femme a pu partir, mais j'ai été considérée comme une antifasciste et le groupe s'en est pris à moi.

Ian Crossland me montrait du doigt, mais je n'ai rien fait, je suis restée là. Je n'étais pas intéressée par ce qu'il se disait. À vrai dire, je ne comprenais pas les propos, tout semblait très grommelé."

Jess Phillips, députée travailliste de la circonscription, a félicité Saffiyah Khan pour son courage en tweetant : "Alors, qui a le dessus sur cette photo? La vraie fille d'ici ou le type de l'EDL qui a migré pour un jour dans notre ville sans réussir  à s'intégrer ?"

Chargement du twitt...

Traduction: "J'adore! La deuxième photo de Saffiyah Khan est encore meilleure avec le sourire. Solidarité !"

À lire -> Racisme, sexisme et homophobie : on a souffert devant À bras ouverts et Gangsterdam

À voir aussi sur konbini :