AccueilÉDITO

Pour dénoncer la xénophobie, Ai Weiwei va ériger des barrières monumentales à New York

Publié le

par Lydia Morrish

Le Public Art Fund envoie un message politique fort en commanditant cette série.

Cet automne, le célèbre artiste chinois Ai Weiwei va construire à New York une série d'œuvres sur le thème des barrières, dans le cadre de sa nouvelle installation : Good Fences Make Good Neighbors ("Les bonnes clôtures font les bons voisins", un dicton anglais sur l'importance de bien marquer son territoire, dans le même esprit que notre bon vieux "Chacun chez soi et les moutons seront bien gardés"). Le New York Times parle d'une centaine d'œuvres à travers toute la ville, dont dix monumentales.

Cette série se pose en réaction à la disparition progressive de l’ouverture d’esprit que nous constatons dans le climat socio-politique actuel, et à l’attitude des gens face à la crise des migrants. Elle est aussi un doigt d’honneur à tous ceux qui cautionnent la discrimination et la maltraitance des réfugiés.

Ambitieux, le projet commandé par le Public Art Fund sera décliné aux quatre coins de la ville : dans le Queens, à Brooklyn, à Manhattan et à Central Park. Ai Weiwei souhaite envoyer un message fort sur l'inclusion, en utilisant des clôtures en fil de fer comme symbole à la fois politique et physique de division. À travers cette exploration métaphorique de la crise des réfugiés et du détachement froid dont les gens font preuve, cette œuvre pourrait à terme montrer à quel point il est désormais important de traiter tous les humains avec compassion et amour.

Connu pour ses œuvres provocantes, l’artiste a expliqué son travail au site Art Fix Daily :

"J’étais un immigrant à New York dans les années 1980 pendant 10 ans, et le problème de la crise de l’immigration a longtemps été au centre de mon art. La 'barrière' a toujours été un outil dans le vocabulaire politique, elle évoque des associations avec des termes comme 'frontière', 'sécurité' et 'voisin', qui sont connectés à l’environnement politique global.

Mais il est important de se souvenir que les barrières ont toujours été utilisées pour nous diviser, tous autant que nous sommes. Certains sont plus privilégiés que d’autres, mais avec ce privilège vient une responsabilité de faire plus."

Bill de Blasio, le maire de New York, a fait l’éloge de Good Fences Make Good Neighbors, qui va selon lui rappeler à tous les New-Yorkais que "même si les barrières peuvent pousser à la division, il faut choisir l'unité pour avoir un impact significatif sur la communauté dans son ensemble". Et d'ajouter :

"Ce projet artistique de taille qui explore les thèmes de la liberté et du pouvoir de l’expression personnelle est un symbole parfait et un rappel utile à tous, particulièrement dans le climat politique actuel."

L’installation sera visible du 12 octobre 2017 au 11 février 2018.

Traduit de l'anglais par Sophie Janinet

À voir aussi sur konbini :