AccueilÉDITO

20 000 lieux sur la Terre : Fort Worth Stockyards, au pays des derniers cowboys

Publié le

par Marie Houssiaux

Notre chère planète regorge d’endroits extraordinaires et atypiques. Notre série 20 000 lieux sur la Terre vous propose d’en découvrir quelques-uns.

(© Visit Fort Worth)

Ringards, le Stetson et les santiags ? N’allez surtout pas dire ça aux Texans, et encore moins aux habitants de Fort Worth, "ville sœur" de Dallas, qui entretiennent avec beaucoup d’enthousiasme la culture des cowboys. À quelques encablures des gratte-ciel et des gros SUV américains, le quartier historique des Fort Worth Stockyards ("parcs à bestiaux", en français) plonge les voyageurs dans un véritable décor de western.

On y fume aux portes des saloons en regardant défiler les bovins pour patienter jusqu’au prochain rodéo ou concert de country, au milieu des effluves de sciure et de cuir. Si l’endroit n’a pas résisté à la tentation du consumérisme, entre boutiques de souvenirs made in China et stands de pop-corn aux saveurs improbables, il réserve aux amoureux de l’Amérique une expérience encore largement authentique.

Rodéo à Fort Worth. (© Visit Fort Worth)

Rodéo à Fort Worth. (© Visit Fort Worth)

Saloons, vaches texanes et danse country

Les habitants du coin, ravis de perpétuer les traditions, n’ont renoncé à presque aucune d’entre elles. Le week-end, entre les deux défilés quotidiens de bestiaux, on les retrouve aux comptoirs des saloons, dans les échoppes de chapeaux et de bottes, dans les tribunes du Cowtown Coliseum ou sur la piste du plus grand honky tonk du monde, le Billy Bob’s, un immense dancing exclusivement consacré à la danse et la musique country.

Cours de danse en ligne au Billy Bob’s. (© Visit Fort Worth)

Ici, porter son Stetson et ses bottes de cuir n’a rien de folklorique. Les cowboys arborent fièrement leur costume et leurs accessoires, jusqu’au pistolet chargé, ce que permet la loi texane. Les visiteurs de tout âge, quant à eux, applaudissent tout particulièrement le cattle driving, littéralement "transport de bétail", qui consistait à l’origine à mener les vaches depuis les ranchs jusqu’à la gare pour leur expédition.

Le célèbre<em> cattle driving</em>. (© Marie Houssiaux/Konbini)

À la gloire de Burt Lancaster et John Wayne

Après avoir admiré les superbes vaches de race Texas Longhorn et les fiers chevaux, les passants se dirigent généralement vers l’ancienne gare pour assister au départ d’une authentique locomotive à vapeur ou à un duel au pistolet savamment mis en scène par des cowboys transformés en figurants. Au Fort Worth Stockyards National Historic District, un passage au saloon est lui aussi incontournable, pour boire une bière locale en assistant à un concert de country plus ou moins improvisé.

Une vieille loco aux Fort Worth Stockyards. (© Marie Houssiaux/Konbini)

Malgré quelques anachronismes inévitables − à commencer par les smartphones brandis par les visiteurs −, la beauté du décor opère. Entre la classe des cowboys, le son des guitares et les vivats du public qui assiste aux rodéos, découvrir cet endroit unique en son genre demeure une expérience plaisante et inoubliable pour qui rêve de Far West ou, plus généralement, apprécie la culture américaine.

Il était une fois "la ville des vaches"

Historiquement, la ville de Fort Worth était un important centre d’expédition pour le bétail, transporté depuis les fermes locales vers d’autres lieux d’élevage ou d’abattage. Entre 1866 et 1890, plus de quatre millions de bovins y ont ainsi transité, valant à la ville le surnom de "Cowtown", "la ville des vaches". L’arrivée du chemin de fer, en 1876, contribue à l’essor de Cowtown, aux portes de laquelle sont construits les Union Stockyards.

(© Pixabay)

En 1893, un riche homme d’affaires de Boston, bien décidé à investir dans ce commerce florissant, rachète les parcs à bestiaux pour un peu plus de 130 000 dollars et les renomme "Fort Worth Stockyards Company". D’autres investisseurs le rejoignent et bâtissent tour à tour usines agroalimentaires, lieux de stockage et autres bureaux télégraphiques.

En pleine Seconde Guerre mondiale, l’activité de la ville atteint des records avant de ralentir, notamment avec le déclin du chemin de fer, puis de disparaître progressivement avec l’arrivée des routes pavées et du camionnage. En 1976, un couple décide de créer une fondation pour préserver ce riche patrimoine historique. Depuis, les Fort Worth Stockyards restent le seul endroit au monde où les bestiaux défilent encore deux fois par jour, pour le plus grand bonheur des cowboys et de ceux qui viennent admirer leurs troupeaux.

Photo ancienne des parcs à bestiaux de Fort Worth, non datée. (© Pxhere)

Les élevages locaux approvisionnent encore un petit marché local, et fournissent vaches et chevaux pour les défilés et les spectacles de rodéo. Pour les visiteurs du monde entier, l’atmosphère des lieux évoque les États-Unis tels qu’on se les figure, finalement, entre clichés affectueux et fascination pour les décors de westerns.

Pour en savoir plus : le site officiel de Visit Fort Worth

Pour découvrir Fort Worth : Wow Air propose des vols Paris/Dallas-Fort Worth à partir de 300 euros A/R

À voir aussi sur konbini :