Le premier court de... Sofia Coppola

Pour se souvenir de son premier mot, on a des parents. On se souvient par contre rarement des premiers balbutiements des réalisateurs, souvent d’obscures courts métrages. Une erreur que Konbini répare chaque week-end. Cette semaine, Sofia Coppola.

Sofia Coppola

Sofia Coppola, jeune et rebelle.

Mercredi sort The Bling Ring, cinquième long métrage de Sofia Coppola à ce jour. L'histoire inspirée d'un fait réel d'un "gang" d'adolescentes, fascinées par l'argent qui cambriolent des résidences de célébrités comme Paris Hilton ou Orlando Bloom.
Quatorze ans plus tôt, en 1998, la fille de Francis Ford réalisait son premier court métrage, Lick the Star.

Publicité

On y retrouve déjà des codes de son cinéma dont cette fascination pour l'adolescence et les interactions sociales au sein des lycées américains. Près de quatorze minutes en noir et blanc, pleines de moqueries, railleries, mensonges et plans machiavéliques pour détruire l'ennemi : les garçons. Une atmosphère qui rappelle bien évidemment Virgin Suicides, le tout étant presque aussi prenant.

Sofia n'étant pas n'importe qui, on retrouve à la photo son frère Roman, et au casting Robert Coppola Schwartzman et Zoe Cassavettes. Le premier, leader du groupe Rooney, est le neveu du réalisateur d'Apocalypse Now, frère de Jason Schwartzman et donc cousin de Sofia Coppola et Nicolas Cage. La seconde, réalisatrice de Broken English, est évidemment la fille de John Cassavettes et Gena Rowlands, et donc la soeur de Nick et Alexandra Cassavettes.

Zoé est également la meilleure amie de Sofia. Dans les années 90, elles créent une émission pour Comedy Central, Hi Octane, où seront invités Beck et Thurston Moore de Sonic Youth. Sonic Youth, dont la chanteuse, Kim Gordon - citée au générique de Lick the Star - lance au même moment une ligne d'habits avec la femme de Thomas Mars.

Publicité

Le goût de Coppola pour le punk et le rock alternatif (qu'on retrouve en partie dans la BO de The Bling Ring) est d'ailleurs présent dans ce court. On retrouve ainsi The Amps, Free Kitten, Land of the Loops et surtout The Go-Go's dans la BO.

Autre référence culturelle, celle de Flowers in the Atic. Un roman de Virginia Andrews paru en 1979, traitant d'inceste entre un frère et une soeur et d'empoisonnement à l'arsenic, largement censuré aux Etats-Unis. Toujours présent également, le mythe de la voiture américaine. Comme dans The Virgin Suicides, Lost in Translation et Somewhere, le film débute par un petit voyage en automobile. Standard.

Publicité

Lick The Star, le premier court métrage de Sofia Coppola

On vous conseille également :

Publicité

Par Thomas Andrei, publié le 09/06/2013

Copié

Pour vous :