Un "pin miraculeux" dans la région de Fukushima

Tous les x du mois, on s’attaque à un cliché qui sort du commun. On le décortique, on le dépèce jusqu’à en extraire la substance, et on analyse les à-côtés. Tout ça pour bien comprendre. Car les images sont trop souvent trompeuses. Pour cette un fois, un arbre au milieu de nulle part. Et ceci n'est pas un essai sur la déforestation. 

Un paysage lunaire, si ce n'est les troncs qui jonchent le sol. De part et d'autre d'une étendue d'eau qui sépare ce lopin de terre en deux, on dirait qu'il n'y a plus âme qui vive. La déforestation et ses ravages pour un cliché pris à l'embouchure de l'Amazone ? L'attaque d'une agent viral dévastateur pour ce type d'arbre ? Et puis cette cage de métal qui entoure et protège la seule survivance de nature. Comme un tuteur qui aide une jeune plante à pousser.

Publicité

Deux ans après

Publicité

La réponse est plus simple et plus dramatique. En mars 2011, un Tsunami a ravagé le Japon et a causé plus de 19 000 morts. Outre les pertes humaines, c'est un paysage ravagé que laisse derrière elle la vague meurtrière. Plus d'arbres et de fleurs.

Tout ? Non. Un arbre est resté en place et a résisté à la furie des flots. Surnommé le "pin miraculeux" celui-ci se dresse depuis 173 ans dans la région d'Iwate, dans le Nord du Japon. Et même après le Tsunami de 1896 ou de 1933. Et même suite à la dernière des catastrophes naturelles : le tsunami qui a provoqué la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Publicité

Un pin miraculeux et bionique

Malgré sa vigueur et sa robustesse apparente, celui-ci n'est plus totalement en vie. Il y a six mois il s'est même écroulé en raison d'un changement de son environnement naturel la salinité avait trop augmenté. Néanmoins la section supérieure a résisté et pour engager la renaissance de cet arbre pas comme les autres, les autorités japonaises ont décidé d'en faire un monument à l'occasion du second anniversaire du Tsunami.

Pour les considérations techniques, sans trop s'épancher, disons que les branchages, sains ont été "moulés" dans un "nouveau" tronc. Ceci explique les échafaudages.

Publicité

On vous conseille également : 

Source : Daily Mail

Par Tomas Statius, publié le 12/03/2013

Copié

Pour vous :