Léa Seydoux et Vincent Cassel s'affichent dans "La Belle et la Bête"

Léa Seydoux en Belle, et Vincent Cassel en Bête, une association plutôt prometteuse. C'est pour le film de Christophe Gans que l'on découvre les deux acteurs réunis sur la première affiche de "La Belle et la Bête" version 2014. 

On avait déjà vu quelques images de la version 2014 de "La Belle et la Bête", mais sans avoir un aperçu de Vincent Cassel après sa transformation. C'est désormais chose faite après que Christophe Gans (Silent Hill, Le Pacte des Loups) ait dévoilé l'affiche du film qui sera dans les salles dès le 12 février. Lors d'une interview, le réalisateur avait promis que la Bête serait une belle créature :

Publicité

"Dans le costume que nous avons créé pour Vincent (Cassel), on retrouve un condensé de tout ce que j’aime dans le fantastique classique : le Fantôme de l’Opéra, le comte Dracula, le héros défiguré de Phantom of the Paradise… Les monstres de cinéma doivent être de belles créatures. "

On découvre donc que la Bête de Christophe Gans est vêtue d'un costume pourpre et que ses yeux, bien qu'intimidants sont d'un bleu cristallin. Pour le reste, il faudra attendre la bande annonce pour se faire une idée plus précise.

Publicité

Synopsis :

An 1720. Après le naufrage de ses navires, un marchand ruiné doit s'exiler à la campagne avec ses six enfants. Parmi eux se trouve Belle, la plus jeune de ses filles, joyeuse et pleine de grâce. Lors d'un éprouvant voyage, le marchand découvre le domaine magique de la Bête qui le condamne à mort pour lui avoir volé une rose. Se sentant responsable du terrible sort qui s'abat sur sa famille, Belle décide de se sacrifier à la place de son père. Au château de la Bête, ce n'est pas la mort qui attend Belle, mais une vie étrange, où se mêlent les instants de féérie, d'allégresse et de mélancolie. Chaque soir, à l'heure du dîner, Belle et la Bête se retrouvent. Ils apprennent à se découvrir, à se dompter comme deux étrangers que tout oppose.

Ce nouveau film devrait être très différent de celui de Jean Cocteau, avec Josette Day et Jean Marais. En effet, si Cocteau avait repris la version de Jeanne-Marie de Beaumont datant de 1757, un conte destiné aux enfants pour leur apprendre à distinguer la laideur morale de la laideur physique, Christophe Gans a lui adapté une version moins connue, publiée anonymement 17 ans plutôt, dont l'histoire est d'avantage destinée aux adultes.

Publicité

Jean Marais et Josette Day dans "La Belle et la Bête" de Jean Cocteau (1946)

A noter que le chef d'oeuvre de Cocteau ressortira en version restaurée au cinéma la semaine prochaine.

On vous conseille également :

Publicité

 

Par Constance Bloch, publié le 30/09/2013

Copié

Pour vous :