AccueilÉDITO

Reas : des métros aux pirates somaliens

Publié le

par Tomas Statius

Todd James aka. Reas

Parti des métros de New York, Todd James aka. REAS est à présent un artiste respecté. Dans une interview donnée au magazine Mass Appeal, il évoque New York et l'évolution du graffiti. L'occasion de présenter son oeuvre.  

Todd James aka. Reas

Ses toiles ne sont pas sans évoquer Willem De Koonig pour les couleurs, ou encore Henri Matisse (période collage) pour la représentation libre des formes et des volumes. Pourtant Todd Edwards a été à une toute autre école. De retour dans les années 80, période pionnière et ère dorée du graffiti new-yorkais, il était plus connu sous le nom de REAS, un cartonneur de métros respecté, un kid qui d'après ses dires idolâtrait Keith Harring ou Futura 2000.

Puis, comme pas mal de monde, il a vécu l'évolution du graffiti d'une pratique "underground" et confidentielle à un médium en vogue. Pour lui le tournant s'est fait en 1998 quand des mecs sortis du graffiti, comme KAWS et Barry McGee, ont recommencé à organiser des expositions. Depuis, comme il le remarque, les gens se sont peu à peu détournés de l'aspect "lettré" de la pratique graffiti pour se pencher sur son pendant iconographique.

Reas sur un train

Ce n'est pas une fatalité. REAS n'est pas de ceux qui font d'un trait contemporain une orientation définitive :

Tout ça fluctue en fonction des époques. Les gens seront toujours intéressés selon l'époque à différentes périodes de l'histoire du graffiti.

Et il a l'air de le vivre plutôt bien. Lui en ce moment, il fait des dessins de pirates, frappés par la figure récurrente dans l'actualité du pirate somalien. Il n'en fait pas une nécessité, juste une inspiration spontanée :

J'ai vu quelque chose à propos d'eux dans les nouvelles : comme ils braquaient d'énormes cargos en petit bateau, armés d'un lance-roquette et de quelques AK-47. J'ai fait une série de peintures sur eux effectivement.

Mais loin de limiter son travail à cette unique orientation, rappelons que, plus qu'un thème, REAS développe une esthétique bien singulière : extrêmement colorée, un brin naïve quand on en vient aux sujets humains (pour ses derniers travaux) ou assez influencée par les comics pour toute une série d'oeuvre.

Reas - extrait de la série "World Domination"

Une affiliation que l'on constate quand on jette un coup d'oeil à une sélection de ses travaux les plus connus.

Représenté par les galeries Gering & Lopez de New York et V1 à Copenhague (assez spécialisé dans l'art urbain avec Husk Mit Navn notamment), il est assurément un artiste qui vaut le détour. En route.

Reas

On vous conseille également : 

À voir aussi sur konbini :