Capture d’écran du film

Real Scenes : New York ou l'esprit pionnier

Avec Real Scenes, Resident Advisor (en partenariat avec Redbull Music Academy) autopsie les points chauds de la musique électronique. Et après Détroit, Paris ou Berlin, New York a droit à son docu. 

Capture d'écran du film

Le geste est à signifier ainsi que la réalisation et l'intérêt du propos. Avec la série des Real Scenes, c'est au monde de la musique électronique, de sa genèse jusqu'à son expression dans des lieux privilégiés, que Resident Advisor s'intéresse. Un bon moyen de documenter une culture pour le moins éphémère et sujet à obsolescence, mais également de découvrir des artistes dont on ne parle (presque) que dans les colonnes de magazines spécialisés.

Publicité

New York : mouvement et invention

Publicité

Mais outre cette vertu didactique, c'est une analyse socio-économique à laquelle on a droit pour cette épisode de la série sur la grosse pomme. Et le moins que l'on puisse dire c'est que l'ambiance n'est pas au beau fixe : fermeture de disquaire (l'interview du patron de Dope Jams Records dont le magasin a fermé en février dernier), condition politique de l'expression de la culture club (les années Giulianni ont à ce titre étaient difficiles pour la scène), gentrification des quartiers autrefois malfamés, mais mouvement en permanence et réinvention constante.

Loin de l'apparente déliquescence de la culture club, la scène new-yorkaise est en plein chambardement. Et les initiatives ne manquent pas pour donner à la vie nocturne son lustre d'antan. Falty DL (de chez Ninja Tune) mais aussi Archie Pelago entre autres passent devant la caméra pour témoigner de cette vitalité retrouvée.

Capture d'écran du film

Publicité

En fait, ce que l'on voit à travers ce documentaire (ou ce que les réalisateurs ont voulu transmettre) c'est que New York et ses habitants sont le reflet du "motto" que le pays aux 51 états a fait sien : la lutte constante pour la survie, l'absence de fatalisme, de regrets et de nostalgie, et la course continuée vers l'innovation. New York, c'est l'esprit pionnier et le commentaire s'applique aussi à la culture club.

Loin du YOLO des derniers épisodes, cette courte réalisation est un témoignage poignant à ne pas rater, ne serait-ce que pour les dires de Francis Englehart, patron du magasin de disques évoqué plus haut et dont le cynisme est savoureux. Appréciez plutôt :

Les gens viennent [à Brooklyn] pour vire le fantasme "Sex and the City". Ça fait chier, merde.

Publicité

Real Scenes - New York

On vous conseille également : 

Par Tomas Statius, publié le 30/04/2013

Copié

Pour vous :