©Imustbedead

Porn Studies : la revue scientifique sur le porno

Porn Studies est la première revue scientifique qui étudie le porno. "Interraciale", "servitude", "sexe violent", que traduisent ces catégories proposées par Pornhub ? Désormais, quand tu te feras prendre en flag devant la home de ton site porno préféré, tu pourras prétexter une démarche intellectuelle.

©Imustbedead

Une revue intellectuelle exclusivement consacrée au sexe sortira en 2014. Ca s'appelle Porn Studies et ça prend la pornographie très au sérieux. De l'intensité du plaisir à l'appréhension intellectuelle, le porno devient officiellement une institution.

Publicité

Ouvrez Youporn, Page 2!

Publicité

Tout a commencé en 2002 à l'Université de Yale. Pour la première fois est inaugurée la sex week : une semaine de recherches et de colloques scientifiques centrés sur le porno. Lors de ces rencontres, on regarde le porno, on observe le porno mais surtout, on pense le porno comme un domaine de connaissance à part entière, mû par des considérations sociales, humaines, scientifiques, culturelles,etc.

Comment nos origines sociales et culturelles influencent-elles notre rapport au sexe ? A quel point notre constitution physiologique dessine nos tendances sexuelles ? Tous les axes sont ouverts pour tenter de saisir le sens de l'attraction pornographique. Depuis ce premier colloque en 2002, l'aventure de la sex week s'est réitérée et a même contaminé les universités environnantes.

Publicité

Sciences po-rno

©He Yunchang

Face à l'engouement intellectuel et scientifique autour de la question, deux universitaires Feona Attwood et Clarissa Smith ont entrepris d'éditer pour 2014 la revue Porn Studies qui abordera le sujet comme on dissèque un bout d'histoire. C'est-à-dire avec la prise en compte des contextes environnementaux, sociétaux, psychologiques et même politiques. De quoi ouvrir largement le champ du porno au sérieux académique. C'est bien parti puisque le très sérieux New York Times a traité le sujet.

En créant cette revue, les deux universitaires estiment présenter... :

Publicité

La première revue scientifique spécialisée internationale qui explore de façon critique ces produits et services culturels désignés comme pornographiques et leurs contextes culturel, économique, historique, institutionnel, légal et social.

Et alors  ?

Si des critiques autour de cette initiative abondent, il y en a qui s'en réjouissent, comme l'ex-actrice porno Ovidie  ou encore l'historienne Julia Peakman qui voit d'un bon oeil la prise au sérieux du porno :

Nous avons longtemps attendu une revue académique qui traite du sujet de la représentation de la sexualité humaine avec le sérieux qu'elle mérite. J'attends avec impatience un débat vivant et discipliné au croisement de différentes disciplines.

Nul doute que ces débats passionnés pourront engendrer des questions sur la place de la pornographie dans nos sociétés. Le succès de la série 50 nuances de Grey est, en dépit de sa relative médiocrité littéraire, significatif de l'attraction pornographique de notre temps. La démocratisation du porno a dédramatisé le sujet et on assume de plus en plus en regarder et aimer les choses du sexe. Ce n'est pas quelque chose propre à toutes les sociétés et cette différenciation culturelle est à elle seule un sujet d'étude. De ce point de vue, le porno peut être un angle d'appréhension du monde.

Pourtant, et bien que cette nouvelle estime pour le porno puisse avoir une légitimité scientifique, cette mécanique intellectuelle autour du sexe ne contribue t-elle pas à le démystifier ? Le porno est-il par essence désacralisation du sexe et par extension, du corps ? Chaque question en engendre une autre. Peut-être que la revue Porn Studies prévue pour 2014 contribuera à y répondre...

On vous conseille également :

Par Afifia B, publié le 23/05/2013

Copié

Pour vous :