La folie de Paul Rogers : croquer "Sur la route" de Kerouac

Paul Rogers est professeur dans une école d’art aux États-Unis. Grand fan de l'écrivain Jack Kerouac, il s'est engagé dans une folle odyssée : illustrer chaque page du livre culte Sur la route. Quand la passion d’un homme rencontre les aventures d’un autre. 

Crédit : Paul Rogers

« 310 pages, ça risque d’être une longue aventure ». Quand Paul Rogers, répond à mes questions, on sent qu’il n’attend que ça. Que des journalistes viennent gratter derrière son "illustrated scroll" et que des internautes s’enquièrent de Jack Kerouac. Normal : il est passionné par le poète.

Publicité

310, c’est le nombre de pages de l’édition de Sur la route (1957) que Paul Rogers a dans sa bibliothèque. Et chaque page, cet illustrateur qui vit et travaille à Pasadena veut la métamorphoser en illustrations, accompagnées de citations du poète américain.

Comment faire la traduction de paragraphes, d'adjectifs et de ponctuations en une seule et unique image ? Paul Rogers m'explique : il lui suffit d’une description qui l’interpelle lors de sa lecture pour que les mots se transforment en dessins. En noir et blanc évidemment. Dans la foulée, il va sur Internet, fouille dans ses vielles photographies, trouve des pistes pour s’approprier des détails qui lui seront utiles.

Crédit : Paul Rogers

Publicité

Un véritable travail de fourmi :

Certaines pages peuvent demander des recherches approfondies : les paysages et les routes des États-Unis ont évolué depuis l’écriture du livre. Et je veux que mes dessins reflètent avec le plus d’honnêteté possible ce qu'a traversé Jack Kerouac.

Paul Rogers, ce fan de Kerouac

Paul Rogers a 20 ans quand il lit pour la première fois Sur la route. Le roman le marque. Pendant des années, il continue à l’arpenter de manière sporadique : « Quand j’avais le temps, je lisais une section, un paragraphe ou un chapitre ».

Publicité

Il ajoute :

J’ai donc réfléchi à recueillir, pour chaque page, un dessin dans un carnet. Je lisais et esquissais au fil de la lecture.

Crédit : Paul Rogers

Publicité

Pour Paul Rogers, le style de Jack Kerouac peut être décrit par un : « C’est en train d’arriver, il se passe ça maintenant et là il va… ». Résultat, l’illustrateur fait comme Jack Kerouac : il décrit, grâce à son crayon, ce qu’il lit. Il en résulte une création originale, réalisée sur le vif, affinée ensuite pour préciser les à-côtés.

Tout ce que décrit Jack Kerouac résonne en Paul Rogers. Comme il l’explique :

Sur la route est rempli de choses que j’aime : des voitures, des villes, du jazz. Aussi, il prend place dans un passé qui n’est pas si distant que cela mais qui, paradoxalement, semble s'être déroulé il y a une centaine d’années.

Crédit : Paul Rogers

Dans les 20 premiers dessins de Paul Rogers, qui correspondent aux 20 premières pages du livre, on retrouve les éléments qui transcrivent l’aventure de Sal Paradise (Jack Kerouac) et de Dean Moriarty (Neal Cassady). Des stations d’essence, des voitures des années 50, des routes à perte de vue. Et une folie consumée à travers le jazz Be Bop, le vagabondage, les rencontres, l'alcool et les drogues.

Pour Paul Rogers, faire défiler ses illustrations sur Internet est une manière de plonger dans l'esprit du livre :

Au début, je ne voulais pas apposer des textes, mais seulement des images. Mais j’ai réalisé que les mots et le rythme de Jack Kerouac donnaient une force à mes dessins.

Crédit : Paul Rogers

Et à la question de savoir s’il est allé voir Sur la route de Walter Salles, Paul Rogers répond par la négative :

Je prévois d’y aller, mais j’ai un peu peur : c’est toujours dur de voir une adaptation d’un ouvrage qu’on a aimé. Je me rappelle par contre d’un bon film sorti en 1979 qui abordait Jack Kerouac : Heart Beat [.., ndlr], avec John Heard et Nick Nolte.

Le collectif d’artistes Drawger

Paul Rogers est contributeur d'un blog collectif, Drawger. Un "endroit parfait pour poster des projets" explique t-il. Il postera sur ce site la suite des aventures auto-biographiques de Jack Kerouac. Même si il lui reste encore 290 pages à illustrer.

Un long parcours, comme en atteste cette image trouvée sur Google, qui a suivi à la trace le parcours du personnage fictif Sal Paradise :

Selon lui, son travail peut être un formidable outil pour que les plus jeunes découvrent par un autre média l’un des écrivains américains les plus influents du 20ème siècle :

C’est parfait pour introduire le livre et Kerouac à de jeunes étudiants. Car Sur la route continue à être assez puissant pour changer les vies des jeunes.

Par Louis Lepron, publié le 01/02/2013

Copié

Pour vous :