Vidéo : Mos Def fait une immersion dans les tortures de Guantanamo

Le rappeur Mos Def a accepté de subir le sort des prisonniers de Guantanamo gavés de force pour mettre un terme à leur grève de la faim. Le rappeur a été filmé. La vidéo est un heurt visuel. On regard et on réfléchit.

Sans être spécialiste du milieu carcéral, peu probable de trouver une personne pour qui le nom de Guantanamo n'évoque rien. Mentionnée très souvent dans la presse jusque dans les fictions, la prison est réputée pour sa rigueur extrême qui avait poussé, en 2006, la Cour suprême des États-Unis à fermer cet établissement, déclarant ses procédures judiciaires illégales. Mais il semble que la promesse de Barack Obama de fermer le centre de détention militaire mette du temps à se concrétiser.

Publicité

En guise de soutien, Yaslin Bey (alias Mos Def) connu pour ses positionnements politiques, a subi un exercice d'immersion. C'est choquant. Violent. On vous explique.

Immersion à Guantanamo et gavage forcé

Il y a quelques mois, les détenus capturés par l'armée américaine lors de ses dernières interventions ont engagé une grève de la faim pour protester contre les conditions de détention et la profanation religieuse à Guantanamo. Mais dans cette prison - que le droit international ne reconnaît pas - cette grève est considérée comme un risque de débordement. La solution pour éviter tout "excès" ? Attacher les prisonniers et les gaver de force. C'est ce qu'indique un manuel d'instruction militaire qui a récemment fuité sur les procédures appliquées par les militaires américains de la prison de Guantanamo.

Le gavage forcé est une procédure d'une extrême brutalité, un véritable acte de torture que l'association de défense des droits de l'Homme Reprieve a tenu à dénoncer (pour rappel, c'est cette association qui avait révélé en 2006 dans le journal The Independant que 60 prisonniers avaient été capturés alors qu'ils étaient mineurs). Pour éveiller la conscience internationale aux scandales qui entourent le centre de détention, Reprieve a fait appel à Mos Def.

Publicité

Le rappeur a accepté d'être filmé par le réalisateur Asif Kapadia en train de subir le même sort que les prisonniers gavés. Âmes sensibles s'abstenir.

Le mal par le mal ?

À la veille du ramadan qui commence le 9 juillet et alors que les prisonniers protestaient contre les conditions d'incarcération et la profanation religieuse subies, cette procédure de gavage est une torture à double tranchant. Le gavage par voie nasale est d'une douleur sans nom. Le produit infiltre violemment le cerveau avant de se répartir dans le corps, une torture aussi insidieuse que lente. En effet, si la vidéo dure 4 minutes, le gavage a duré plus de 2 heures. Et dans la réalité, cela se passe 2 fois par jour.

Publicité

Si la protestation s'entend, elle confirme la tendance - questionnable d'ailleurs-  pratiquée par les campagnes de prévention à savoir  la prise de conscience de la violence par la simulation de la violence. Mais la prévention par le choc est-elle systématiquement justifiée ? Est-il besoin de ces images pour savoir qu'il relève de l'essence même de la dignité humaine que d'être maître de son propre corps et que le gavage est une torture ?

Beaucoup semblent le croire et n'hésitent pas à jouer le crescendo d'images chocs pour toujours plus percuter. Entre la diffusion des morts de guerre et des viols récents sur la place Tahrir, cette réflexion nous traverse forcément à un moment ou à un autre : notre époque est-elle si anesthésiée pour être à l'affût de tant d'intensité ? C'est une question que l'on peut se poser...

 

 

Par Afifia B, publié le 08/07/2013

Copié

Pour vous :