Au Monde, des négatifs du photographe Daniel Mordzinski envolés

Le torchon brûle entre le quotidien Le Monde et le photographe argentin Daniel Mordzinski. La raison du litige ? Des employés du journal fondé par Hubert Beuve-Méry auraient jeté  27 années de travail pour 50 000 négatifs. Fâcheux. 

Daniel Mordzinski

Il avait voyagé sur tous les continents et tiré le portrait de nombreuses personnalités et d'intellectuels (d'Emmanuel Lévinas à Mario Vargas Llosa en passant par Pierre Bourdieu ou Claude Levi-Strauss) : les clichés du photographe argentin Daniel Mordzinski (son site) ont disparu de son bureau. Et personne ne sait où ils sont.

Publicité

Rangement Préjudiciable

Publicité

Depuis dix ans, dans le cadre du partenariat entre Le Monde et le quotidien espagnol El Pais, le photographe Daniel Mordzinski avait élu domicile à Paris. Il conservait un bureau, malgré ses allées et venues, dans les locaux du premier quotidien généraliste français, boulevard Auguste Blanqui, dans le treizième arrondissement de Paris. Le 7 mars un confrère du quotidien espagnol remarque un vide.

Suite à on ne sait quelle poussée d'ordre aiguë, le bureau de l'intéressé a été rangé par des employés du quotidien il y a quelques jours. Rangé ? Quelle litote. Plutôt vidé, puisque 27 années de négatifs ont été jetés comme de vulgaires déchets sans que l'intéressé en soit informé. Un désastre pour le photographe, une mauvaise presse dont le journal se serait passé.

Publicité

Daniel Mordzinski : la colère et l'incompréhension pour seuls compagnons

Daniel Mordzinski et Luis Sepulveda

Daniel Mordzinski ne compte pas en rester là. Informé par Miguel Mora, correspondant à Paris du quotidien espagnol, il a lancé l'offensive contre le quotidien. Sur son site Internet, il publie un billet touchant, hurlant son indignation et son désespoir à qui veut l'entendre.

Ou le lire :

Publicité

Personne ne sait ou ne veut savoir pourquoi ils ont décidé de faire "disparaître" le travail de ma vie. Des milliers de photos prises pendant vingt-sept ans. Vingt-sept ans d'attente, de boule dans la gorge, de nuits sans sommeil...

Le Monde a par ailleurs fait parvenir au photographe ses excuses par voie de communiqué de presse. Et propose à l'intéressé une rencontre histoire d'arrondir les angles. De son côté le photographe se pare de ses plus beaux soutiens. L'écrivain chilien Luis Sepulveda vient de lancer une pétition sur Internet. Pour obtenir des réponses. Et jeter l'opprobre sur le quotidien français.

On vous conseille également : 

Source : PetaPixel

Par Tomas Statius, publié le 21/03/2013

Copié

Pour vous :