Un photographe plonge dans ses cauchemars d'enfance

Marcel Meyer n'est pas un photographe comme les autres. Dans une série onirique intitulée My favourite childhood nightmares, Meyer illustre, à travers des clichés-gifs, ses cauchemars d'enfance. A coups d'ombres, le monde de la nuit se fige.

Crédit Image : Marcel Meyer

Si on pouvait tous avoir le talent de Marcel Meyer, nos vies nocturnes prendraient un tout autre tour. Comme on se couche, on se réveille : l'entrée et la sortie d'un invisible monde dont on ne retient que de misérables bribes. Mais pour la plupart d'entre nous, certains rêves restent gravés, plus ou moins en détail dans un coin de l'esprit. Les cauchemars surtout. Ceux de notre enfance en première ligne. Dans les nuits enfantines, qui ne s'est jamais retrouvé face à une créature terrifiante ou le sentiment d'une vertigineuse solitude ?

Publicité

Si on pouvait tous avoir le talent de Marcel Meyer, nous revisiterions nos cauchemars sur des cartes postales et, comme lui peut-être, nous figerions leur poésie. Mais comme rien ne se fixe jamais vraiment dans ces contrées tortueuses, Meyer a parfois inséré dans les clichés de sa série My favourite childhood nightmares un petit quelque chose, un détail en mouvement.

Comme dans tous les cauchemars, cherchez l'intrus : ce truc qui bouge au milieu du néant.

Crédit Image : Marcel Meyer

Publicité

 

Crédit Image : Marcel Meyer

 

Crédit Image : Marcel Meyer

 

Crédit Image : Marcel Meyer

Publicité

Crédit Image : Marcel Meyer

On vous conseille également :

Publicité

 

Par Afifia B, publié le 30/05/2013

Copié

Pour vous :