L'investiture d'Obama : amour, R&B et politique pop

Si chaque album vendu équivalait à un bulletin de vote, lequel du chanteur ou du politique obtiendrait le plus de voix ?  Le pouvoir n'est qu'une affaire de perception et il arrive qu'un pays se transforme en scène. Et vice-versa.

Barack Obama lors de l'investiture le 21 janvier 2013

L'investiture d'Obama du 21 janvier dernier a été réalisée en grande pompe. Et c'est entouré de célébrités influentes que le président des États-Unis a officialisé sa mainmise sur le trône de l'Amérique. Parce que l'influence, ça compte et ce n'est pas le R&B qui dira le contraire. Tandis que les drapeaux et les stars brandissaient de belles idées, la politique officialisait un nouveau chemin.

Publicité

Sous le signe de la Soul

Publicité

Lors de l'investiture de Barack Obama, ils étaient beaucoup à n'attendre qu'une seule chose : The Star-Spangled Banner chantée par Beyoncé. Après avoir fait sensation à moitié à poil dans GQ pour montrer à ses éventuelles concurrentes qu'elle était toujours dans la place, elle a été, ce 21 janvier 2013, attendue telle une reine pour chanter. Une Esmeralda venue pour clamer la vertu, allant jusqu'à faire dire à une certaine presse que l'interprétation de l'hymne national était comparable à celle d'un ange.

En dépit d'une polémique sur un éventuel playback de la chanteuse, les Américains et le reste du monde, via Youtube,  ont eu les yeux rivés sur la chanteuse qui relevait ses boucles d'oreille couleur Emerald. De l'Emerald pour une Esmeralda qui avait travaillé au millimètre près ses attitudes, oeil caméra, regard profond et concerné. Bref, la maîtrise d' une star qui n'a plus rien à prouver, hormis disposer de ce qu'elle appelle " un pouvoir que même son esprit a encore du mal à concevoir".

Publicité

Le pouvoir de Beyoncé cristallise le rôle de la starification, premier élément d'influence. Un pouvoir qui soulève l'admiration de ses fans, fait vendre la totalité de ses places de concerts en dix minutes. Une star devenue symbole et modèle d'authentification et que le public suit, médusé. Or, être un modèle suivi, admiré et inspirant, n'est-ce donc pas ce que recherche tout homme politique qui veut se faire élire (ou qui est élu) à la tête d'un pays ?

Celle que l'on surnomme "Queen Bey" a utilisé son statut de reine auprès du roi : Barack Obama.

Un style pop à la politique : intronisation iconique

Publicité

Et Barack Obama s'est trouvé soutenu lorsque le temps est venu de réunir les troupes. Mais les réunir comment ? En créant un lien fort entre lui et le peuple, pas si éloigné et même très inspiré de la relation qui existe entre une star sur la scène et son public.

Tout comme les "artistes" chantent des concepts tels que l'amour, la force, la paix, Barack Obama a usé lui aussi de concepts symboliques pour toucher son monde. Le symbole est universel et en ce sens, il permet une identification plus large que la reconnaissance d'un simple bord politique. Par conséquent, ce jour-là, Barack Obama n'a pas étalé ses objectifs économiques mais l'amour porté à sa femme. Un letimotiv que l'on connait et qui a fait écho à un terme marquant de son discours : "le voyage".

 Extraits du discours :

Notre voyage n'est pas terminé...

 Notre voyage ne sera pas terminé tant que nos femmes, nos mères et nos filles ne pourront gagner leur vie comme le méritent leurs efforts.
Notre voyage ne sera pas terminé tant que nos frères et soeurs homosexuels ne seront pas traités comme tout le monde par la loi.
Notre voyage ne sera pas terminé tant que nous n'aurons pas trouvé une meilleure façon d'accueillir les immigrés pleins d'espoir qui voient les Etats-Unis comme le pays du possible.

Notre voyage ne sera pas terminé tant que tous nos enfants (...) sauront qu'ils sont protégés du mal.

Le symbole : l'assise du pouvoir

Le voyage ou le chemin spirituel vers la paix et l'amour, quelle que soit sa nature. Amour de l'autre sexe ou de l'étranger. Et surtout, la protection du mal, l'axe de tous les diables. Le discours du président américain avait des airs de discours de prédicateur où le symbole l'emporte sur la nécessité matérielle.

Un discours brandi avec la même sincérité et le même sérieux qu'un Jay-Z ou une Beyoncé sur la scène. Ce qui compte, c'est de "transporter" et pour que les autres y croient, il faut soi-même y croire ou faire semblant le mieux possible.

Barack Obama prêtant serment sur la bible de Lincoln et celle de Martin Luther King, tenues par sa femme.

Un show basé sur la perception et l'affect. Convaincre autant qu'être aimé au sens littéral du terme. Un pouvoir d'autant plus fort qu'il dépasse le cadre politique pour atteindre le stade supérieur : La foi et le statut de héros.

Etre une icône c'est plus que vendre des cds et porter des paillettes. C'est aussi bénéficier d'un pouvoir d'influence fascinant pour beaucoup. L'industrie musicale est, avec le temps, devenue une puissance politique, un soft power qui devance le hard power (pouvoir militaire). Une sphère dans laquelle beaucoup d'artistes ont trouvé une façon d'appliquer et de se nourrir d'un certain pouvoir.

A cet égard, cette photo qui a fait le tour de la Toile pendant les élections américaines est assez révélatrice :

Entre nous, sur cette photo, qui peut dire lequel des deux est le plus puissant ? Politique Pop ou Pop Politique. Pol' Pop Style !

Par Afifia B, publié le 24/01/2013

Copié

Pour vous :