Les premiers blocs de l'East Side Gallery de Berlin sont tombés

La destruction de l'East Side Gallery, pan du mur de Berlin reconverti en gallerie à ciel ouvert, semble actée. Et même le soutien de David Hasselholff n'y a rien fait. 

east side gallery

La mobilisation n'a finalement pas eu raison des capitaux du promoteur immobilier instigateur de ce projet de résidences grands luxes sur les bords de la Spree. Et même si le geste est à dénoncer, les peintures sur ce pan du mur de Berlin qu'on appelle la East Side Gallery à protéger, il y a quelque chose d'ironique à défendre un vestige de l'oppression soviétique bien que sa réapropriation par des artistes procède d'un mouvement d'exorcisation. Société de la mémoire bonjour.

Publicité

East Side Gallery, mémoire de Berlin

Publicité

Il y a un mois, on évoquait le cas de ce morceau de l'histoire qui était sur le point d'être abattu. Sur près de trois kilomètres, la East Side Gallery, lieu d'exposition à ciel ouvert, donne à voir des peintures d'artistes en vue et est devenu (au même titre que le check point Charlie) une curiosité touristique de la capitale allemande, drainant presque 800 00 visiteurs chaque année. Baiser de Honecker et Brejnev. Peinture du français Thierry Noir.

En lieu et place, une tour de 63 mètres de haut, des appartements grand luxe pied dans l'eau devraient voir le jour. Le projet fait partie d'un ensemble plus large de réaménagement des bords de la Spree mené conjointement par l'entrepreneur et la mairie de Berlin. En 2015, des pistes cyclables ainsi qu'un pont enjambant le cour d'eau devrait sortir de terre au même endroit.

Publicité

Mais outre la rentabilité économique, c'est un bout d'histoire dans un endroit chargé émotionellement de Berlin qui s'est écroulé ce matin à l'heure de la rosée. 250 policiers formant un cordon de sécurité, des machines de chantier, et une entreprise menée tambour battant. Une percée de cinq mètres, quatre blocs retirés, une porte mise en place. La disparition de la "gallerie du côté est" semble actée. Et globalement, ce commentaire peut s'appliquer à l'ensemble du mur. Des 155 km, seulement trois restent debout aujourd'hui.

David Hasselhoff à la rescousse

Capture d'écran du compte Twitter @DavidHasselhoff

Au cours des dernières semaines, les opposants peuvent s'enorgueillir de l'appui de l'opinion publique. Mais aussi du soutien de personnalités en vue. C'est ainsi que David Hasselholf, ex-star d'Alerte à Malibu, est venu prêter main forte à la mobilisation. L'acteur américain nourrit en effet une relation particulière avec la capitale allemande, lui qui avait interprété son tube Looking for freedom le 31 décembre 1989 à Berlin. Il a réitéré.

Publicité

Un peu en décalage (il faut le dire) avec l'actualité, c'est avec fierté qu'il exhibe ce matin la une de journaux annonçant la destruction de ce vestige de la guerre froide.

Capture d'écran du compte Twitter @DavidHasselhoff

Garder espoir. Les opposants ne comptent pas en rester là. Sur Mediaspree, ils rassemblent leur force et annoncent de nouvelles mobilisations à venir. Une pétition tourne toujours signée à l'heure d'aujourd'hui par près de 82 000 personnes.

On vous conseille également : 

Par Tomas Statius, publié le 27/03/2013

Copié

Pour vous :