Les peintures hyper-réalistes de Nathan Walsh

Des photographies ? Non. Des peintures qui se rapprochent de photographies ? Oui. On est allé faire un tour du côté du travail de Nathan Walsh.
nathan walsh

Nathan Walsh a une particularité que l'on ne peut déceler au premier coup d'oeil. Même pour les photographes aguerris, même pour les amateurs de peinture et d'expositions, son travail est illusion. Pour reprendre du début, Nathan Walsh est un peintre britannique qui aime les décors urbains, les paysages de cité. On entrevoit New York et Chicago à travers des oeuvres qui auraient pu être des photographies modifiées en post-production par les techniques HDR.

Publicité

Car tous les détails sont présents : les reflets, la dynamique des nuages comme les moindres gouttes de pluie, tombées sur un réverbère. Et à la différence des autres peintres qui usent comme lui du réalisme pour construire leurs travaux, Nathan Walsh n'utilise pas de photographies comme ciment de ses peintures. Il réalise une centaine de croquis afin de recréer une scène.

Dessiner me permet d'humaniser mes peintures au lieu de me fier à l'oeil mécanique des appareils photo.

Publicité


Ce processus peut ainsi lui prendre trois à quatre mois pour une seule peinture. Et comme il l'écrit sur son site, la ville est pour lui un objet dans lequel il met toute sa passion :

Je suis fasciné par la ville, sa complexité visuelle et ses flux qui n'arrêtent pas. L'acte de peindre est une tentative de figer l'information et de visionner la façon dont nous vivons en son sein.

Publicité

Publicité

Pour les Parisiens, Nathan Walsh sera à Paris à la fin du mois d'avril pour la conférence Changing Perspective qui se déroulera du 27 avril au 2 mai.

On vous conseille également : 

Par Louis Lepron, publié le 09/04/2013

Copié

Pour vous :