La cérémonie des César m'a tueR

Vendredi soir, pour adoucir une semaine difficile, j'ai regardé les César. Il paraît que l'on fêtait le 7ème art ce soir-là.  Je n'y ai vu que goujaterie enrobée de trois paillettes périmées.

Julius Caesar, mise en scène d'Arthur Nauzyciel © Frédéric Nauzyciel

Les César du cinéma datent de 1976. C'est la cérémonie la plus ancienne et la plus importante du cinéma français. La première cérémonie des César fut présidée par Jean Gabin et tire son nom du sculpteur César qui a conçu le trophée ainsi qu'à Raimu, interprète du personnage de César dans la trilogie Pagnol.

Publicité

On ne dit pas cela par goût pour l'information mais pour se souvenir qu'il fut un temps où les César avaient du sens. Celui qui nourrit l'illusion cinématographique et le respect de la création. Jusqu'à cette 38ème cérémonie, on avait encore le temps de rêver en regardant les César mais un type en trottinette a cassé quelque chose.

Magne-toi-pour-les-remerciements

Charles Platiau/Reuters

On adore Antoine de Caunes. De son duo avec José Garcia à son dernier documentaire En tatanes à Manhattan, on apprécie ses frasques malgré le temps qui passe. Le revoir en maître de cérémonie pour ces 38ème César augurait d'une belle soirée.

Publicité

Le début fut prometteur. Le reportage parodique présenté en introduction était superbement réalisé et l'arrivée d'un Antoine de Caunes dansant sur du Céline Dion posait l'ambiance. On espérait encore à ce moment-là de la soirée passer un beau moment avec du suspense, de l'émotion et du frisson à l'annonce des vainqueurs.

Les tremolos dans la voix, les hommages à ceux dont on ne parle jamais et qui travaillent dans l'ombre. Les petites mains, les grands talents qui nous ramènent à l'essentiel : l'amour du cinéma et l'amour tout court. La passion, les luttes créatrices, les amitiés qui permettent aux beaux projets de se réaliser et aux spectateurs de rêver.

Bref, à ce moment-là de la soirée on attendait encore de la féérie et du respect. Étonnant donc de voir Antoine de Caunes rappeler à chaque vainqueur de se magner-le-fion-pour-les-remerciements-et-si-ça-suffit-pas-je-fais-de-la-trottinette. Ce n'est pourtant pas tous les jours que l'on se voit décerner un César. Antoine de Caunes n'avait-il pas compris que cette cérémonie était en l'honneur des acteurs (tous domaines confondus) du cinéma français ?

Publicité

"J'en**** le cinéma français"

Lorsque Mathieu Kassovitz avait lâché cette phrase, cela avait détonné. Lors de cette cérémonie, il n'y a pas eu de gros mots de ce genre mais certains comportements laissaient entendre la même chose au grand dam de notre incompréhension. On avait déjà du mal à comprendre ce que foutait Jamel en Président de la cérémonie des César mais le snobisme de de Caunes à l'égard des vainqueurs mettait sacrément en péril nos neurones.

Si depuis 1976 on regarde les César, c'est aussi pour ces moments où le vainqueur, ému, récupère son trophée et s'exprime. Alors certes parfois ça donne une jeune fille en fleur inconnue au bataillon qui débarque en robe de mousseline pour remercier en pleurs jusqu'à sa meilleure amie de crèche :

Publicité

Je remercie les producteurs Michel Tourniquet et Gilles Dac ainsi que les fabricants de la machine à café. Mais je veux aussi remercier ma mère, mon père, mon frère et ma voisine Nicole. Et aussi Julie, Nadine. Holala si j'en oublie je suis dééé-so-lée mais je vous aime. TOUS. JE VOUS AIME. Ce film fut une rencontre extraordinaire. Une très belle aventure.

Oui parfois c'est ça et on attend la suite mais souvent ce sont des cœurs passionnés qui s'expriment. Et par là même, ils laissent entrevoir ce qu'on ne voit jamais : une intimité du tournage et des conditions de réalisation. À travers ce type qui a fait les costumes et dont on aura oublié le nom demain, on entrevoit combien le travail fut précieux, méticuleux, pointilleux et ce jusqu'au minuscule point de croix.

Et on imagine alors les équipes de fourmis qui s'agitent dans l'ombre quite à ne briller jamais. Juste par amour du métier. Par amour du cinéma et pas autre chose parce qu'ils ont gardé ce qu'Antoine de Caunes a semble t-il oublié ce soir là : la grâce et le respect de l'art.

Un vil élitisme...

Ce soir-là, il fallait être une star hollywoodienne ou avoir 85 ans pour bénéficier de l'égard du maître de cérémonie. Ce fut le cas de Kevin Costner venu récupérer un César d'Honneur. Kevin Costner qui a par ailleurs fait un très joli discours – quelque peu discrédité par le fait qu'il se soit endormi lors de la cérémonie mais passons.

Ce fut également le cas de l'actrice principale d'Amour, Emmanuelle Riva qui à 85 ans n'avait rien perdu elle, de la valeur des mots. Ils furent les deux seuls à avoir le temps de parler. Antoine de Caunes a même lâché après le discours de Kevin Costner : "Quelle classe !". Comme quoi, on peut reconnaître l'élégance et pourtant en manquer.

Mais le comble de la goujaterie fut atteint lors de la remise du César du meilleur son décerné à l'équipe de Cloclo. Sur la scène, trois membres de l'équipe du film (Antoine Deflandre, Germain Boulay et Eric Tisserand) viennent récupérer le trophée. Ils sont visiblement émus mais l'un d'eux tient à lire une revendication de l'équipe technique sur les conditions financières du cinéma français.

Le lecture est certes houleuse mais c'est une occasion très rare pour les intermittents de faire entendre leurs revendications alors que dans le même temps sortait le palmarès des acteurs français les mieux payés. On connaissait Antoine de Caunes plus solidaire et alors qu'on aurait pu s'attendre – au pire – à ce qu'il coupe court à la lecture fébrile du vainqueur en la poursuivant de lui-même, il s'est contenté de faire des rondes à trottinettes, le pressant de finir en bon snob qu'il fut. On aurait pourtant pu penser que les César étaient le lieu idéal pour prendre soin du cinéma.

©MAXPPP

... équilibré par de beaux moments

Mais il y eut de bons moments. On a aimé le César du meilleur espoir masculin à Matthias Shoenaerts qui excelle dans De rouille et d'os même si de plus en plus, Jacques Audiard fait du Jacques Audiard mais ça, c'est un autre sujet.

On a aimé voir Lambert Wilson en talons et Omar Sy danser. Un peu de rayonnement dans l'obscurité du Châtelet qui manquait ce soir-là de paillettes. Quant à la meilleure surprise, elle revient au comédien fraîchement pensionnaire de la Comédie-Française Laurent Lafitte dont la prestation fut courte mais hilarante.

On a également apprécié la présence de François Damiens, fidèle à lui-même. De quoi compenser l'humour faiblard de Jamel et de Caunes qui a tenté de varier en donnant le numéro du FN à la place de celui de son comparse José Garcia. Quel fou !

Grand absent de la soirée, Jean-Louis Trintignant  sacré meilleur acteur manquait terriblement mais en une seule phrase au quotidien belge Le Soir, il nous ramène aux bases :

Je ne suis pas une bête à récompenses. Je trouve qu’il y a trop de prix en général. Cela dit, personnellement, qu’est-ce que je m’en fiche César ou pas. J’ai 82 ans et je n’ai pas du tout d’ambition personnelle. Je n’ai jamais fait ce métier avec une idée de plan de carrière ou de réussite.

Il est vrai que vendredi soir, la 38ème cérémonie des César fut plus un moment de télé qu'un hommage au cinéma. Entre impératifs de timing et dédain, le cinéma miaulait : " les César m'ont tueR".

On oublie et on passe à autre chose...

Par Afifia B, publié le 25/02/2013

Pour vous :