Légion d'honneur : à qui succède Bob Dylan ?

Bob Dylan a bien failli ne pas l'avoir, cette fameuse Légion d'honneur. Source d'inspiration des Beatles et de nombreuses autres légendes du rock, le chanteur américain est décoré à 72 ans. Lors de la cérémonie qui s'est déroulée le 13 novembre 2013, la ministre de la Culture Aurélie Filippetti a déclaré "Mieux que quiconque, vous incarnez, aux yeux de la France, cette force subversive de la culture qui peut changer les gens et le monde".

Et ces mots ne sont pas innocents. Car les critères d'attribution de la Légion d'honneur sont stricts et n'est pas chevalier qui veut. Instaurée en 1802 par Napoléon Bonaparte, la Légion d'honneur distingue les "mérites éminents militaires ou civils" rendus à la nation. Sont récompensés ceux dont les services, le travail ou les idées ont rayonné sur la France.

(Crédit image : Didier Plowy / MCC / EPA / MaxPPP)

Publicité

Robert Zimmerman, plus connu sous le nom de Bob Dylan, est finalement l'un des seuls musiciens de rock à avoir reçu la décoration honorifique. Nombre de personnalités du monde du cinéma, de la musique, de la littérature et des arts plastiques ont été décorés de l'ordre des Arts et des Lettres, qui distingue les personnes qui ont contribué "au rayonnement des arts et des lettres en France et dans le monde". La Légion d'honneur, c'est encore plus que ça.

Ces musiciens décorés

Pour commencer, bien peu d'artistes rock étrangers l'ont reçu : avant le Tambourine Man, Joan Baez l'a obtenu en 1983 et le tour de Sir Paul McCartney est arrivé en 2012. Ils semblent faire partie des seuls rockeurs admis dans le club très fermé des légionnaires de la République.

Publicité

La distinction a toutefois été accordée à d'autres musiciens étrangers : le compositeur estonien Arvo Pärt a reçu la croix de la Légion des mains de Frédéric Mitterrand en 2011 et Elliott Carter, célèbre musicien américain de 103 ans, vénéré par Igor Stravinsky lui-même, l'a reçue en 2012. Ennio Morricone, l'inoubliable peintre sonore des westerns spaghetti de Sergio Leone, a été distingué en 2009.

Peu de musiciens étrangers donc. Mais qu'en est-il en France ? Parmi les musiciens chevaliers, on note, entre autres, les compositeurs Claude Debussy, Hector Berlioz, Alexandre Desplat. Mais aussi des musiciens tels qu'Alain Bashung, André Manoukian, Barbara, Tino Rossi, Hugues Aufray, Juliette Gréco... puis France Gall, Stone et Charden, Michel Sardou, Sheila, Yves Duteil et Didier Barbelivien. On compte aussi Pascal Nègre et Gérard Louvin parmi les heureux possesseurs de la croix honorifique.

Publicité

Le refus d'être distingué par la France

En fait, s'il vous semble que des noms illustres manquent à l'appel, c'est sans doute parce que de nombreuses personnalités du monde de la musique ont refusé la distinction. Parmi eux, George Brassens, Léo Ferré, Jacques Prévert... Maurice Ravel aussi, à propos duquel Erik Satie écrivit : "Ravel refuse la Légion d'honneur, mais toute sa musique l'accepte."

Si la France a du mal à distinguer les musiciens étrangers, elle a tenu à récompenser des grands noms du cinéma, parmi lesquels Walt Disney, Sean Connery, Salma Hayek, Michael Haneke, ou encore le grand Alfred Hitchcock. La France s'est réservée le droit de décorer Louis de Funès, Gérard Depardieu, Sylvie Testud, Patrick Chesnais, Georges Méliès. Catherine Deneuve, elle, a rejoint les rangs de ceux qui ont décliné l'honneur, refusant de grossir les rangs des femmes parmi les chevaliers, plutôt rares.

En 1962, face au grand nombre de décorés, Charles de Gaulle réforme le code et fixe un plafond à 125.000 légionnaires. En 2013, on estime qu'il en y aurait environ 93.000. Et si parmi eux les militaires, élus et hauts fonctionnaires représentent la grande majorité de l'ordre, la France a aussi distingué de nombreuses personnalités du monde des arts.

Publicité

Sir Paul McCartney a reçu la Légion d'honneur des mains de François Hollande le 8 septembre 2012 à l'Élysée. (Crédit image : AFP PHOTO / POOL PHILIPPE WOJAZER)

Dylan et la polémique

La candidature de Bob Dylan au poste de chevalier de la Légion d'honneur, en mai 2013, avait créé une mini-polémique : le grand chancelier Jean-Louis Georgelin ne souhaitait pas lui attribuer. Motif : il en serait "indigne" à cause de ses prises de position pacifistes et "anti-establishment" pendant la guerre du Vietnam, mais aussi en raison de son addiction passée et déclarée à l'héroïne et à la marijuana.

C'est Aurélie Filipetti qui avait proposé le nom du chanteur folk, arguant que Barack Obama l'avait lui-même qualifié de "plus grand musicien américain de l'histoire". Ce mercredi 13 novembre 2013, La France a finalement choisi de faire entrer l'un des (trop) rares rockeurs étrangers dans son Histoire.

Par Théo Chapuis, publié le 15/11/2013

Copié

Pour vous :