Capture d’écran du film de Michael Radford de 1984

L'Amérique lit 1984 d'Orwell suite aux révélations sur la NSA

Les ventes du roman de Georges Orwell 1984 ont augmenté significativement suite aux révélations sur le programme de surveillance des citoyens américains. Big Brother Is Watching You. 

1984

Capture d'écran du film de Michael Radford de 1984

En 1948, Georges Orwell écrivait ce qui était à l'époque un roman d'anticipation à la teneur hautement politique. Car comment ne pas voir dans le personnage du "Big Brother" la figure du Petit Père des Peuples "Staline". Et derrière le masque du "Traitre Emmanuel Goldstein", ecelle de Trotsky, dont l'écrivain américain était un grand admirateur.

Publicité

Mais outre ses ressorts géopolitiques, 1984 (habile inversion des deux derniers chiffres de la date d'écriture) est entré dans la conscience collective comme la peinture du paroxysme de la société surveillée, encadrée, cadenassée, où le regard d'un État tout puissant pénètre et finit par transpercer la singularité et les agissements des individus. La surveillance partout, la surveillance tout le temps.

Mais là où celui qui était aussi un vétéran de la guerre d'Espagne imaginait le "pire du pire", l'actualité classe son chef d'oeuvre de la littérature contemporaine comme une lecture instructive. Alors que l'Amérique toute entière se sent épiée.

L'Amérique lit 1984

En cause, les révélations de ces derniers jours faites conjointement par le quotidien britannique The Guardian et le Washington Post : avec deux programmes, l'un sur internet, l'autre sur les réseaux téléphoniques, l'administration Obama et la NSA ont mis sous surveillance 300 millions d'individus, et mis sous clé des milliards de données privées dont l'utilité immédiate reste à l'heure d'aujourd'hui encore floue.

Publicité

Le président des Etats-Unis se débat dans un flot de questions, argue d'un nécessaire équilibre entre sécurité collective et liberté individuelle. Et les américains lisent 1984.

Couverture de 1984 d'Orwell chez Gallimard Folio

Car selon les statistiques du site de vente en ligne Amazon, le roman d'Orwell a vu ses ventes bondir. Des profondeurs du classement (au delà la 7000ème vente), jusqu'au top 20 pour arriver à la dixième position, après un pic mardi dans l'après midi à la quatrième place selon NBC.

Publicité

Et l'engouement (ou l'anxiété collective) ne s'arrête pas là. Des pages jaunis, la "trend Big Brother" s'est transmis sur la Toile avec un pic de recherche atteint dimanche dernier sur Google. Et même Obama s'y met, citant le roman dans l'un de ses discours, comme pour rassurer ses brebis égarées.

Conclusion : que l'humanité lise de meilleurs livres est un très bonne chose. Reste l'épineuse question de la raison de ce sursaut d'intérêt. Et là n'est pas le lieu d'en débattre.

On vous conseille également : 

Publicité

Par Tomas Statius, publié le 14/06/2013

Copié

Pour vous :